LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Claude Juncker, Silvio Berlusconi, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, conférence de presse de clôture de la session de travail consacrée au plan d'aide aux banques, Paris, 4 octobre 2008
Épisode 3 :

Quelle part l'UE a-t-elle pris dans la gestion de la crise ?

52 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd'hui, un débat historiographique consacré à la crise de 2008 envisagée depuis ses répercussions pour l’Union Européenne. Une émission co-animée par Anaïs Kien

Jean-Claude Juncker, Silvio Berlusconi, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, conférence de presse de clôture de la session de travail consacrée au plan d'aide aux banques, Paris, 4 octobre 2008
Jean-Claude Juncker, Silvio Berlusconi, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, conférence de presse de clôture de la session de travail consacrée au plan d'aide aux banques, Paris, 4 octobre 2008 Crédits : GERARD CERLES / AFP - AFP

La crise financière qui a éclaté aux Etats-Unis en septembre 2008 avec la faillite de la banque Lehmann Brothers a déferlé sur les Etats membres de l’Union européenne en deux  temps : elle a d’abord touché les pays situés en dehors de la zone euro  (en 2008-2009), avant de s’étendre à cette dernière. Au total, huit Etats membres ont été contraints de demander une assistance macro-financière : la Hongrie, la Lettonie, la Roumanie, l’Irlande, le Portugal, la Grèce, l’Espagne et Chypre. Comment cette crise « américaine » est-elle devenue une crise européenne ? Comment les dirigeants européens ont-ils fait face ? L'Union européenne était-elle dotée de mécanismes de régulation suffisants ? La réponse a-t-elle été à la hauteur de l'événement ? Et aujourd'hui, peut-on dire que la crise est finie ? Des questions dont débattront autour d'Emmanuel Laurentin et Anaïs Kien Christian Chavagneux, éditorialiste à Alternatives Economiques, Laure Quennouëlle-Corre, historienne, directrice de recherche au CNRS et Laurent Warlouzet, professeur d'histoire à l'Université du Littoral-Côte d'Opale (ULCO).

Les crises ont-elles (aussi) du bon ?

Laure Quenouëlle-Corre : L’Europe ne s’est pas construite de manière linéaire. Il y a eu des avancées, des reculs, et souvent les crises ont joué un rôle d’approfondissement, d’accélération de la construction européenne notamment en matière monétaire. Les années 1970 par exemple voient la création du "serpent monétaire" en 1973 et celle du système monétaire européen en 1979, alors que cette décennie est une décennie de crises.

L'Union européenne était-elle outillée pour faire face à une crise ?

Christian Chavagneux : Le problème c’était que le projet européen ne comportait pas de cadre de résolution des crises. En 2008, c’était le bazar ! La seule institution qui a été capable d’agir a été la Banque centrale européenne. Heureusement que Gordon Brown est arrivé en proposant une solution européenne, que Nicolas Sarkozy a reprise aussitôt, avant que les Américains ne la reprennent à leur tour. C’est Gordon Brown qui a ouvert ce moment-clé de résolution au plus fort de la crise avant que les pays européens ne tentent de répondre à l’effondrement des économies, sans coordination malheureusement, mais en suivant tous des politiques d’austérité. Et dix ans plus tard, nous sommes toujours en train d’essayer de construire le cadre de réponse aux crises qu’elles soient économiques ou financières.

Qui régule et comment ?

Laurent Warlouzet : La question qui nous intéresse en matière de crise c’est celle des régulateurs. Comment régule-t-on : plus ou moins keynésien, plus ou moins social ? Et qui ? Ce n’est pas parce qu’on a une institution qu’elle a du pouvoir. On parle beaucoup de la création d’un fonds monétaire européen mais quels seront ses pouvoirs ? son budget ? Et quelle interprétation des traités ? Le rachat de dettes par la BCE par exemple, c’était prévu ou pas par les traités ? Cela dépend de l’interprétation que l’on en fait. Bref, qui régule et comment : la question reste ouverte…

La crise est-elle finie ?

Christian Chavagneux : La crise est multidimensionnelle. La crise économique est-elle finie ? Oui, on peut dire que les effets de l’austérité dans l’ensemble des pays de l’Union sont maintenant atténués, que beaucoup de pays ont même basculé du côté de politiques publiques qui soutiennent l’activité. Est-ce que la crise financière est finie ? Pour l’instant, oui, je ne vois pas de lieu dans la finance mondiale qui serait susceptible demain matin de nous faire une grande crise financière. Est-ce que la crise sociale est finie ? Alors là la réponse est clairement non, beaucoup de pauvreté, de flexibilisation du marché du travail dans les pays européens. La crise sociale n’est pas terminée, même si la crise financière et la crise économique sont pour l’instant maîtrisées.

Les deux chansons diffusées pendant l'émission sont "Réguler" par Volo et "La crise est finie" par Ray Ventura.

#Mario Draghi #BCE #mécanisme européen de stabilisation #FMI #libéralisation #tournant libéral #taux de change flottants #le cours de la betterave #régulation #Islande #dévaluation #euro #Irlande #Crédit lyonnais #Brexit #G20

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......