LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des Gilets jaunes regardant l'allocution télévisée du Président de la République, Fay-au-Loges, 10 décembre 2018
Épisode 1 :

Contre la représentation mais pour la démocratie ?

52 min
À retrouver dans l'émission

Le mouvement des Gilets jaunes met en lumière un contexte de crise démocratique profonde. Comment les liens entre représentants et représentés ont-ils pu se distendre à ce point ? Comment est-on arrivé à une telle défiance vis-à-vis du principe même de représentation ?

Des Gilets jaunes regardant l'allocution télévisée du Président de la République, Fay-au-Loges, 10 décembre 2018
Des Gilets jaunes regardant l'allocution télévisée du Président de la République, Fay-au-Loges, 10 décembre 2018 Crédits : GUILLAUME SOUVANT / AFP - AFP

Une des caractéristiques les plus remarquables du mouvement des Gilets Jaunes est sans doute le refus de principe de toute représentation. Pour comprendre comment les liens entre représentants et représentés ont pu se distendre à ce point, et comment a-t-on pu arriver à une telle défiance, les historiens Gérard Noiriel et Nicolas Rousselier, en ouverture de cette série, apporteront leurs éclairages.

Gérard Noiriel : La crise de la représentation est une crise très ancienne. Depuis la Révolution française, on observe une double approche de la citoyenneté : celle qui passe par la délégation de pouvoir : on choisit, on élit des représentants pour leurs compétences, et de l’autre côté, une volonté —  que l’on retrouve déjà chez les sans-culottes — de participer directement à l’action politique. Cela correspond à une évolution des liens sociaux : sous l’Ancien Régime, les liens directs priment, puis progressivement, ce seront les liens indirects. On est toujours dans cette contradiction entre une aspiration à la démocratie directe et un système politique qui fonctionne par une multitude de liens indirects qui nécessitent la représentation.

Nicolas Roussellier : Il y a une crise de la représentation à plusieurs titres. La première remonte à l’origine même de la Ve République. Le dégât collatéral de la Ve République, c’est le rôle du Parlement. L’avènement de la Ve République c’est la sûreté de l’exécutif, et cet enjeu de stabilité l’emporte sur le fait de donner la parole à la représentation nationale, le terme même n’ayant plus beaucoup de sens. A cela s’ajoute la crise de la représentation des années 2000, qui est la crise de tous les connecteurs démocratiques : partis, syndicats, associations. Enfin, et c’est la chose nouvelle, on assiste avec le mouvement des Gilets Jaunes à une attaque directe, sans filtre, du Président de la République : c’est la première crise anti-présidentialiste.

A lire aussi...

Musiques diffusées

  • Gauvain Sers, Les oubliés, 2018
  • L’Homme parle, La crise, 2009
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......