LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dr Zygmunt Klukowski, en compagnie d'infirmières de l'hôpital public du canton de Szczebrzeszyn, Pologne.
Épisode 3 :

1939 : résistance et gouvernement en exil

53 min
À retrouver dans l'émission

Retracer l’histoire du gouvernement polonais en exil et de la résistance polonaise est une tache ardue tant existent peu de travaux en français. La traduction du journal de Zygmunt Klukowski (1885–1959), médecin et résistant polonais, vient éclairer cette période complexe de l'histoire polonaise.

Dr Zygmunt Klukowski, en compagnie d'infirmières de l'hôpital public du canton de Szczebrzeszyn, Pologne.
Dr Zygmunt Klukowski, en compagnie d'infirmières de l'hôpital public du canton de Szczebrzeszyn, Pologne.

Zygmunt Klukowski (1885–1959), médecin polonais, dirige pendant la Seconde Guerre mondiale un hôpital à 200 km au sud-est de Varsovie. Féru d’histoire locale, celui-ci va noter dès 1933 et jour après jour tout ce qu’il voit de l’occupation allemande. 

J’étais possédé par la passion d’écrire des notes qui me permettraient plus tard (je le pensais déjà) de reconstruire l’histoire inouïe de la région de Zamosc et de la Pologne. Zygmunt Klukowski

Le médecin rapporte au jour le jour, « les dents et les poings serrés », ce qu’il a vu du génocide des Juifs, perpétré sous les yeux de tous. Il dit comment ils furent discriminés, expropriés, humiliés, battus, puis déportés vers un centre de mise à mort quand ils n’étaient pas assassinés sur-le-champ. Au fil des lignes s’étire ce long martyre protéiforme perpétré par l’occupant allemand et ses complices, commis dans l’indifférence, voire applaudi sinon encouragé par une partie de la population chrétienne.
Mais Klukowski témoigne aussi de la féroce répression allemande à l’encontre des Polonais non juifs, du pillage de leurs biens, de l’enlèvement de leurs jeunes enfants envoyés dans le Reich pour y être "aryanisés", de la déportation des adultes pour le travail forcé, du massacre de leurs élites.
Ce notable respecté, loin de rester spectateur de l’assassinat ou de la déportation de ses amis, entre dès le début de la guerre en contact avec les réseaux de l’Armée de l’Intérieur qui nourrissent les maquis. En 1944-1945, il assiste, impuissant et désespéré, à l’occupation du pays par les Soviétiques.

Ses notes seront publiées par la suite par son fils Jerzy. Zygmunt Klukowski aété témoin au procès de Nuremberg, et ses notes ont été déposées au titre de pièces à conviction au cours de ce procès. Un héros de la résistance à l'occupant nazi ? La réalité de l'après-guerre en Pologne en décide autrement. A partir des années 1950, Zygmunt Klukowski est harcelé par les autorités de son pays, à la solde de l'URSS, et accusé de complot et emprisonné. 

Emmanuel Laurentin et Anaïs Kien s'entretiennent avec Jean-Yves Potel, écrivain, historien spécialiste de l'Europe Centrale et qui a supervisé l'édition française du journal de Zygmunt Klukowski, Une telle monstruosité... Journal d'un médecin polonais (1933-1947) (et en a signé la préface.

Textes lus par Daniel Kenigsberg

Bibliographie

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......