LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait d'Emile Zola, 1868, huile sur toile, 146 x 114 cm, Musée d'Orsay

Tentative d’épuisement d’un tableau : le portrait d’Emile Zola par Edouard Manet, 1868

53 min
À retrouver dans l'émission

A travers un documentaire immersif, plongez-vous dans l'univers artistique et mondain du XIXe siècle, et découvrez tous les secrets de la toile de Manet.

Portrait d'Emile Zola, 1868, huile sur toile, 146 x 114 cm, Musée d'Orsay
Portrait d'Emile Zola, 1868, huile sur toile, 146 x 114 cm, Musée d'Orsay Crédits : Edouard Manet

En 1865, Manet fait scandale au Salon avec L’Olympia, ce nu réaliste d’une demi mondaine, dont la servante semble attendre le client annoncé avec un bouquet. Elle a un corps jeune et mince, ce n’est ni une Vénus, ni une femme idéalisée, ni une odalisque exotique. Pourtant, Manet est un tranquille bourgeois qui veut être accepté par le Salon et adoubé par l’Académie des Beaux-Arts.

L’année suivante les toiles de Manet sont refusées au Salon et un jeune journaliste ambitieux, qui rêve de se tailler un nom par le biais de la critique artistique, prend dans les pages de l’événement la défense de Manet, qui d’après lui, aura sa place au Louvre comme héros de la peinture naturaliste. Ce jeune journaliste de 26 ans est Emile Zola.

De tous côtés on me somme de m'expliquer. On me demande avec instance de citer les noms des artistes de mérite qui ont été refusés par le jury. Le public sera donc toujours le bon public. Il est évident que les artistes mis à la porte du Salon ne sont encore que les peintres célèbres de demain. Il faut se dire que toutes les personnalités, Delacroix et les autres nous ont été longtemps cachées par les décisions de certaines coteries. Je ne voudrais pas que cela se renouvela et j'écris justement ces articles pour exiger que les artistes qui seront à coup sûr les maîtres de demain ne soient pas les persécutés d'aujourd'hui. J'affirme carrément que le jury qui a fonctionné cette année a jugé d'après un parti pris. Tout, à côté de l'art français, à notre époque, nous a été volontairement voilé. Emile Zola

Pour nous éclairer, l'historien de l'art Robert Kopp remet cette rencontre en contexte : "Manet avait une grande ambition, devenir un peintre reconnu à travers le Salon, cette exposition annuelle organisée par l'Académie des Beaux-Arts. Il a réussi certaines années, et échoué à d'autres. La première fois qu'il a réussi, c'était avec le portrait de ses parents en 1861. Et c'est probablement le premier tableau de Manet que Zola a vu. Mais Zola ne prend la défense de Manet que quelques années plus tard, à l'occasion d'un autre Salon, celui de 1866, où Manet n'expose pas. Et, comme souvent dans les comptes-rendus de Salon, les écrivains parlent aussi des tableaux ou des peintres qui ont été refusés."

Edouard Manet lui est reconnaissant et, pour le remercier, il peint son portrait au moment où il organise son exposition personnelle, en marge de l’Exposition Universelle de 1867. Un portrait qui pose Emile Zola en tant qu’homme de lettres, en redingote bourgeoise, à l’air sérieux, entouré de livres, de brochures et de plumes.

Zola vivait dans un décor très bourgeois et très ordinaire. Il s'habille lui-même comme un bourgeois très ordinaire. Il n'y a pas vraiment de singularité forte dans le décor de Manet, ni dans la façon de le peindre. C'est peint comme tout le reste. Ce qu'on peut dire, c'est qu'effectivement, être un peintre de la vie moderne dans les années 1860, c'est peindre aussi des morceaux du passé qui sont présents un peu partout dans la société. Manuel Charpy

Mais ce portrait est aussi une forme d’autoportrait. Le peintre se représente lui-même, il représente son univers pictural à travers des reproductions : une estampe japonaise à la manière de Velázquez ou encore un avatar d’Olympia, sa propre toile.

Il faut se souvenir que ses tableaux étaient peints pour l'espace public, qu'il s'agit de manifester cette connivence au grand jour et d'en tirer également peut-être un certain profit. Par ailleurs, Zola, en ces années 1867-68, est devenu un journaliste à plein temps, voire un journaliste politique. C'est aussi un moment très particulier du Second Empire, où l'empereur a en quelque sorte libéré la presse. Si Zola et Manet sont des républicains, bien sûr, le seul fait de les associer dans un tableau fait époque. Stéphane Guégan

En tirant tous les fils du tableau, on devine que cette oeuvre permet d’évoquer la figure de Manet et celle de Zola, leur soif de reconnaissance, les stratégies mutuelles des écrivains et peintres du Second Empire pour se faire connaître, l’importance des salons… Mais aussi la vie des demi-mondaines, leur relations aux artistes, le mobilier de l’époque, l’importance des antiquités et des objets exotiques et anciens, et surtout le décor dans lequel vivent peintres et bourgeois.

Cette toile porte également en elle l’histoire des séances de pose interminables, où deux artistes très différents, et pourtant amis, se découvraient mutuellement…

Avec Manuel Charpy historien de la culture matérielle, Anne Martin-Fugier, spécialiste de la vie d’artiste, Stéphane Guégan commissaire de l’exposition Manet du musée d’Orsay, Gabrielle Houbre historienne des femmes, Robert Kopp historien de l’art et Olivier Rolin écrivain et auteur d'Un Chasseur de lions, une rêverie sur un tableau de Manet.

Un documentaire de Perrine Kervran et Séverine Cassar

Bruitage : Patrick Martinache

A découvrir : l'exposition Edouard Manet, initiateur de la peinture moderne au musée d’Orsay.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......