LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Restauration de négatifs en nitrate à la Cinémathèque Française, dans le palais de Chaillot à Paris, en France.
Épisode 1 :

Le patrimoine cinématographique et le poids du marché

52 min
À retrouver dans l'émission

Les "films anciens", les "classiques", ne sont plus des objets inaccessibles, exceptionnels, que seuls les amateurs pouvaient dénicher : ils n'ont jamais été mis en valeur à ce point. Comment s'est constitué le patrimoine cinématographique en France ? Et quelles menaces pèsent sur son avenir ?

Restauration de négatifs en nitrate à la Cinémathèque Française, dans le palais de Chaillot à Paris, en France.
Restauration de négatifs en nitrate à la Cinémathèque Française, dans le palais de Chaillot à Paris, en France. Crédits : Marc TULANE/Gamma-Rapho - Getty

Premier volet de notre série consacrée à l'histoire de la notion de patrimoine, à ses processus et à ses enjeux contemporains, Emmanuel Laurentin accueille aujourd'hui Natacha Laurent, historienne du cinéma et directrice de la Cinémathèque de Toulouse de 2005 à 2015. 

Alors que le festival de Cannes s'ouvre sur un hommage à Agnès Varda, témoignant de l'intérêt renouvelé porté au patrimoine cinématographique tant par le grand public que par les institutions du secteur, les questions posées par Natacha Laurent dans un article publié dans Le Monde en décembre 2018 semblent plus que jamais d'actualité. Prenant acte de l'événementialisation du patrimoine cinématographique et de l'intérêt croissant que lui porte le marché, Natacha Laurent rappelle l'histoire de ce patrimoine : celle des "chiffonniers de la pellicule", qui récupéraient les bobines promises à la destruction par une industrie du cinéma soucieuse d'économiser de la place de stockage, de la pellicule, et d'empêcher la diffusion illégale. Si les cinémathèques se sont ainsi à l'origine construites contre le marché, en dehors de lui, leur fonction est aujourd'hui remise en question par de nombreux facteurs et acteurs, qu'il s'agit d'analyser - et parmi eux au tout premier chef, la grande illusion du "tout accessible", selon l'historienne. 

Bibliographie

Intervenants
  • Historienne du cinéma, maître de conférence à l'université de Toulouse-Le-Mirail, ex-directrice de la cinémathèque de Toulouse
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......