LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Histoire du travail 2/4

52 min
À retrouver dans l'émission

A travail égal, salaire égal : la grève des ouvrières d'Herstal rediffusion du documentaire du 13 décembre 2005 On poursuit notre semaine 100% documentaire avec, aujourd'hui, la reprise du documentaire de Séverine Liatard et Christine Robert diffusé le 13 décembre 2005 dans le cadre de notre série "Histoire de la grève". La grève des ouvrières d'Herstal en 1966, un tournant pour l'histoire des femmes En février 1966, les 3000 ouvrières de la Fabrique nationale d'arme d'Herstal (la FN) près de Liège en Belgique partent en grève, sans préavis, pour que soit appliqué l'article 119 du Traité de Rome visant à réduire les écarts salariaux entre hommes et femmes. Dans cette Fabrique (la FN) qui date de la fin du XIX ème siècle, les ouvrières sont ponceuses, colleuses, monteuses d'armes, laveuses, emballeuses, contrôleuses, dégraisseuses. On les appelle les femmes-machines. Leurs tâches sont répétitives, leurs conditions de travail déplorables et elles n'ont pas accès à la formation professionnelle interne à l'entreprise. Elles ne disposent donc d'aucune possibilité de promotion dans l'entreprise et leur salaire est inférieur à celui d'un manoeuvre masculin débutant. Des pourparlers sont en cours entre les syndicats et les entreprises mais la mise en application du principe toujours retardée. Les ouvrières décident spontanément d'arrêter le travail le 9 février. Elles demandent 5 francs d'augmentation. Une dizaine de jours plus tard, les syndicats reconnaissent la grève, un comité de grève est mis en place pour venir en aide aux grévistes. Bientôt l'usine est paralysée puisque les hommes de la FN sont mis au chômage. La direction de la FN résiste et ne propose que 50 centimes d'augmentation alors que d'autres usines du bassin liégeois sont également paralysées par des grèves. Au terme de négociations qui durent trois mois entre les syndicats (CSC et FGTB), la direction de la FN, et un délégué du Ministre de l'emploi et du travail, on aboutit à un accord : une augmentation de 2,5 francs. Lors de l'assemblée générale extraordinaire des grévistes, le 5 mai, le débat est houleux entre les ouvrières et les représentants syndicaux. On en vient finalement au vote par bulletin secret. C'est la reprise du tavail qui l'emporte. La déception est grande, pourtant ce mouvement a une réelle portée européenne : des délégations syndicales françaises, italiennes sont venues soutenir le mouvement ; la grève remet en débat la question de l'égalité des rémunérations à la Commission européenne et dans chacun des Etats membres ; elle marque aussi l'entrée plus massive des femmes dans l'action syndicale et oblige la société à s'interroger sur les problèmes posés aux travailleuses et la condition des femmes en général. Avec les témoignages de Charlotte Hauglustaine , Rita Jeusette , Jenny Magnée (toutes anciennes ouvrières grévistes) ; de Claude Gaier (cadre à la FN et historien), Annie Massay (déléguée syndicale) et Elyane Vogel-Polsky (juriste).

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......