LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Icône de la mode dans le tableau "Beautiful Girl" tiré de Chantons sous la pluie (1952)
Épisode 2 :

Le bleu de travail, le grand uniforme des métiers

53 min
À retrouver dans l'émission

Le bleu de travail ? Encore fortement associé à l’ouvrier, celui-ci s’en défait pourtant lorsqu’il sort de l’usine tandis que les étudiants s’en revêtent en mai 1968... et que plus tard, des couturiers comme Marithé et François Girbaud s’en emparent pour en faire un vêtement casual pour CSP+

x
x Crédits : Southern Stock - Getty

Le bleu de travail, c’est un peu la tenue standard de l’ouvrier, du travailleur manuel. Le vêtement de travail à l’usine se généralise à la fin du XIXe siècle. Il s’agit au début d’une blouse avec une ceinture qui protège des salissures puis d’une veste avec un pantalon et souvent des poches pour porter des outils. L’habit doit être confortable, solide et se laver facilement. Pendant que de l’autre côté de l’Atlantique, le jean fait son apparition sous la forme de combinaison et devient l’uniforme de l’ouvrier américain, les syndicats en France militent pour que les patrons dotent leurs employés d’une tenue puis beaucoup plus tard pour que l’entreprise prenne en charge l’entretien des bleus.

Alors que les syndicats militent pour que le droit au bleu de travail soit respecté, certains ouvriers refusent de le porter et préfère travailler avec leur propre vêtement pour contester l’appartenance à une catégorie sociale et à l’usine.

La représentation du bleu associée à l’ouvrier reste forte. Mais pendant que ce dernier s’en défait lorsqu’il sort de l’usine, les étudiants s’en revêtent en mai 1968, ou certains couturiers, comme Marithé et François Girbaud, s’en emparent pour le transformer en vêtement "casual" pour les classes aisées.

Avec les témoignages de Bernard Maubin, Yvan Hraste , Cyril Bouton  et Arnaud Descamp, ouvriers à la Snecma de Genevilliers, Ginette Francequin, psychologue, Nicolas Hatzfeld, historien, Sylvie Marot, responsable du patrimoine chez Marithé et François Girbaud) Geneviève Colas, historienne amateur ; Annie Perrin  (artiste).

Un documentaire de Séverine Liatard et Séverine Cassar

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......