LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'aventure automobile 2/4

54 min
À retrouver dans l'émission

**L'inévitable mirage : les erreurs de navigation du Paris-Dakar ** Un documentaire de Mathieu Flonneau, réalisée par Anne Fleury

«Je hais les voyages et les explorateurs».

Claude Lévi Strauss, Tristes tropiques , chapitre 1er « la fin des voyages départ », 1955.

En 1973 naissait le Guide du Routard et en 1976, André Costa faisait paraître Les roues libres. Sur les pistes du Sahara, de l'Iran, du Cachemire, comme sur les chemins sauvages de France et d'Europe, tout ce qu'il faut savoir pour réussir une randonnée sportive .

Trois ans après, alors que différentes épreuves de notoriété moindre s'étaient déjà déroulées, le premier rallye Paris-Alger-Dakar s'élançait. Autour de la civilisation de l'automobilisme mais également et initialement de la « culture moto » se jouait alors une part du renouvellement de l'imaginaire aventureux occidental désireux d'établir un autre rapport à l'espace et au temps.

Sans aucun doute y a-t-il un usage du monde, et de l'Afrique en particulier, qui en terme d'éthique disqualifie irrémédiablement le Dakar. Pour autant, celui-ci est un objet d'étude sociologique particulièrement révélateur des attentes d'une jeunesse tant urbaine que rurale séduite par ces demi-héros.

Pendant près de trente ans, ces 10 000 km de compétition à travers l'Afrique sur différents itinéraires ont constitué la plus grande « course-aventure » du monde – de 160 engagés lors de la première, l'on est passé, toute catégorie confondue, à plus de 700 participants avec leur assistance. Ces rallyes ont déjà beaucoup fait parler et couler d'encre car le succès fut quasiment immédiat. La controverse, qui alimenta grandement le retentissement médiatique, n'apparut pour sa part que plus tard en même temps que se structuraient les oppositions écologistes et humanitaires. Ce ne sont pourtant pas elles qui ont eu raison de l'épreuve ancienne mode, mais plutôt l'insécurité chronique et grandissante du continent africain.

Dans la mythologie de l'épreuve, l'année 1986 qui vit la disparition tragique du fondateur de l'épreuve Thierry Sabine et du chanteur Daniel Balavoine présent en Afrique alors pour une action humanitaire, pourrait sembler être une charnière notamment dans l'abandon préjudiciable de l'esprit des pionniers auxquels des « prédateurs » ont succédé (Fenouil).

Pourtant le tableau s'avère plus complexe et ambigu car les dérives incestueuses mercantiles, médiatiques et « people »[1] paraissent bien présentes auparavant. Un double discours – notamment sur l'humanitaire - a longtemps accompagné le Dakar et ses contradictions initiales.

D'abord en marge du monde professionnel de l'automobile, l'épreuve est bientôt devenue un rendez-vous prisé, voire immanquable, pour les plus grands pilotes et techniciens[2].

Ce documentaire propose de rencontrer des fondateurs de l'épreuve ainsi que des acteurs de la première heure et également de réfléchir avec eux par voie d'archives, en les confrontant finalement à leurs contradicteurs, au sens que pouvait et peut encore revêtir un tel périple sportif. Avec du recul, la passion sincère qui anima quelques-uns, « l'esprit Dakar », mérite sans doute mieux que le dédain et les clichés les plus éculés de la critique post-coloniale a priori.

Toutefois, le regard porté alors sur l'Afrique, finalement artificiellement présente – ce que démontre par l'absurde l'épreuve contemporaine délocalisée en Amérique latine par ses organisateurs ! - pose naturellement problème et « le Dakar » a toute sa place dans une histoire de la bonne et de la mauvaise conscience occidentale à un âge post-indépendances nationales auquel la naïveté n'aurait pourtant plus dû avoir cours.

Bibliographie et webographie

Arnaud Briand, Paris-Dakar, 1979-2003 , Le Chêne, 2003.

André Costa, Les roues libres , Robert Laffont, 1976.

Michel Delannoy, Le premier rallye Paris-Dakar, les portes du rêve , Palmier, 2005.

Elisabeth Dumont-le Cornec, Les routes mythiques , Belin, 2009.

Fenouil, Dakar, l'envers du décor , Solar 2003.

A la recherche de l'oasis oublié , Palmier, 2005.

La nouvelle de ma mort a été très exagérée , Palmier, 2006.

Mathieu Flonneau, « Raid Pékin-Paris, 1907 », in Catalogue des célébrations nationales , Délégations aux célébrations nationales, Archives nationales, 2007.

Les cultures du volant. Essai sur les mondes de l'automobilisme , Autrement, 2008.

Article « Paris-Dakar » in Dictionnaire culturel du sport , Armand Colin, 2010.

Article « Sports mécaniques » in Dictionnaire d'histoire culturelle de la France contmeporaine , PUF, 2010.

Jean Graton, Dans l'enfer du Safari , Dargaud, 1975.

Paris-Dakar, Dargaud, 1982.

Cairo , Graton éditeurs, 2000.

Jean-Luc Roy, Thierry Sabine, l'homme qui déplaçait les dunes , O. Orban, 1986.

Thierry Sabine, Paris-Dakar , le Chêne, 1983.

Christian Van Ryswick, Yann Arthus Bertrand, Thierry Sabine, Paris-Dakar 1986 , Le Chêne, 1987.

Sites internet :

dakardantan.com

padak.wordpress.com

stop-rallyedakar.com

sableschauds.com

tamtamdakout.freee.fr

carfree.free.fr

[1] Beaucoup y sont passés de Johnny Halliday à Albert et Caroline de Monaco, en passant par Claude Brasseur, Jacques Dutronc, Michel Sardou, Chantal Nobel, etc.

[2] Retenons outre les Jacky Ickx, Bernard Darniche, Jean Ragnotti, Patrick Tambay, Henri Pescarolo, etc., le passage remarqué de Jean Todt, actuel président de la Fédération Internationale de l'Automobile, déjà présent comme navigateur sur le Abidjan-Nice.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......