LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les femmes politiques 3/5

55 min
À retrouver dans l'émission

Les femmes politiques 3/5
Les femmes politiques 3/5
Les femmes politiques 3/5 © Seuil Troisième volet de notre série sur les femmes politiques en France depuis 1945. Aujourd'hui "**Liberté, égalité, parité** ". La loi dite de parité se révèle être un échec. Ce texte voté en 2000 après une réforme constitutionnelle devait en effet permettre un rattrapage. L'idée naît au début des années 1990 et devient populaire en raison de l'action des militantes qui l'ont portée. L'épisode des Jupettes en 1995 renforce la solidarité politique féminine puisqu'en juin 1996, d'anciennes ministres de droite et de gauche signent en commun un Manifeste en faveur de la parité. Toutefois, cette solution ne fait pas l'unanimité et est plutôt considérée comme un mal nécessaire susceptible de faire changer une situation inacceptable. Les tenants d'un universalisme à la française, effrayés par l'émergence d'un communautarisme, y sont pour leur part vigoureusement opposés. Le débat sur le principe d'égalité et la question de la différence des sexes traversent à nouveau la société française. Si la période de la Libération connaît une forte féminisation de son personnel politique, il faut attendre l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 pour retrouver un nombre comparable d'élues. L'après Constitution de 1958 marque une disparition quasi-totale des femmes de la scène politique et parlementaire. Cette traversée du désert va durer une vingtaine d'années et il faut attendre les Législatives de 1978 pour que les candidatures féminines à la députation dépassent à nouveau les 10 %. Suite aux mouvements de libération des femmes durant les années 70, Valéry Giscard d'Estaing est le premier chef d'Etat qui se préoccupe d'améliorer la condition féminine et se propose de féminiser le pouvoir. Désormais, les femmes sont devenues une force qu'on ne peut plus ignorer. Six femmes sont donc nommées dans le premier gouvernement Chirac en 1974. Il s'agit de rendre visible la participation des femmes à la décision gouvernementale tout en les maintenant au second rang de la hiérarchie politique. La gauche plus que la droite a ouvert les portes de la représentation nationale aux femmes : le parti communiste a toujours été le parti qui a présenté le plus de femmes à la députation. Chez les socialistes, il faut attendre l'émergence de contestations féministes à l'intérieur même du parti, en 1978, pour cette question soit considérée avec un peu plus de sérieux. Avec entre autres témoignages ceux de **Marcelle Devaud, Adrienne Maire, Hélène Missoffe, Simone Veil, Clémentine Autain, Edith Cresson, Françoise Gaspard, Martine Lehideux, Marie-France Garaud, Huguette Bouchardeau, Gisèle Moreau, Hélène Luc, Annick Lepetit, Catherine Trautmann, Yvette Roudy, Nicole Ameline, Jacqueline Alquier, Martine Legrand, Monique Pelletier, Nathalie Kociusko-Morizet et Fabienne Keller** . ***Sur la question des femmes en politique, réagissez, exprimez-vous sur notre forum que vous pouvez consulter ** * ***ICI.* **
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......