LE DIRECT
Couvertures des livres programmés pour la table ronde fiction
Épisode 19 :

Un panorama de la société en 1789, l'histoire d'une dynastie allemande et le parcours de vie d'une rescapée de la Shoah sont au programme de cette table ronde fiction

52 min
À retrouver dans l'émission

Aujourd'hui, nous évoquons une fresque historique consacrée à la Révolution française puis nous revenons sur l'ouvrage de Walter Mehring. Enfin, nous retraçons la biographie d'Elsa Weiss, passagère du "train Kastner".

Couvertures des livres programmés pour la table ronde fiction
Couvertures des livres programmés pour la table ronde fiction

Fresque sur la Révolution française

Pour ouvrir cette table ronde fiction, nous évoquons le roman graphique Liberté. Il s'agit du premier tome d'une trilogie consacrée à la Révolution française. Cette fresque de Younn Locard et Florent Grouazel retrace les parcours de toutes les catégories de population : du pouvoir, de la noblesse dans ses privilèges et contradictions, du peuple acteur ou spectateur, de la Garde nationale... Au travers de ces personnages, on découvre un tableau d'histoire sociale et matérielle du peuple de Paris au XVIIIe siècle : les rapports de force, les conditions de vie, les méthodes de protestation des révolutionnaires et des contre-révolutionnaires.

Le protagonisme c’est lorsque des personnes ordinaires se lancent dans l’Histoire et dans l’engagement politique ; et s’y lancent très charnellement ! Il y a une physique du politique ! Ici, on est dans une spirale de l’engagement politique. A propos de ce personnage : Virgile, il y a une scène qui dit bien ce moment de basculement dans la liberté ; les doutes, les hésitations, les incertitudes que ce basculement suscite.  A partir du moment où il doute, il sait qu’il est trop tard pour obéir... « nous tremblons tous, c’est d’avoir soudain le choix ». Est-ce qu’on va prendre le risque de la liberté ? C’est tout l’enjeu de cet ouvrage..." Ludivine Bantigny

L'art de la satire de Walter Mehring

Puis, nous revenons sur "Les Müller : une dynastie allemande", un roman publié en 1934 qui démystifie les illusions nationales allemandes (roman traduit de l'allemand par Hélène Belletto). Il s'agit d'une saga familiale allemande qui détourne les clichés du roman national. L'auteur Walter Mehring y manie avec talent la satire et l'art du pastiche.

" Pendant 250 pages, on s’amuse beaucoup et on voit le choix de l’utilisation de l’arme de la satire et du burlesque pour lutter contre le national-socialisme,  comme d’ailleurs Mehring le faisait  pendant la république de Weimar pour lutter contre les pouvoir installés." Caroline Douki

L'enjeu de survie pour Elsa Weiss

Enfin, nous évoquons "L’enigme Elsa Weiss" (roman traduit de l'hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech). Il s'agit du premier roman de Michal Ben-Naftali, une enquête à la recherche de l'identité d’Elsa Weiss. Elle fut la passagère du « train Kastner » ; les déportés de ce train ne furent pas tués au camp de Bergen-Belsen. La narratrice fait remonter la mémoire du passé : celle de sa jeunesse en Israël dans les années 1970 et celle de la jeunesse d'Elsa Weiss qui verra la montée des régimes autoritaires en Europe centrale.  

« Il y a toute une qualité du rapport au temps qui est assez fascinante. On parle d’un temps dépouillé de ses qualités temporelles ; le train de la déportation fait d’ailleurs disparaître l’Europe telle qu’elle était. On nous dit que la poussière que soulève le passage du train fait disparaître les villes et les villages comme si on était dans un tout autre paysage. Tout est là pour nous rappeler que le temps ne fait pas son œuvre. Pour ce personnage fascinant qu'est Elsa Weiss, le temps ne répare pas..." Ludivine Bantigny

Pour clore cette émission, écoutez C'était à la une !

Une émission co-animée par Anais Kien, en compagnie de Pascal Ory, Ludivine Bantigny et Caroline Douki

Références :
Extrait film « Révolution » de Robert Enrico  
«  Sag ich blau sagt sie grün » Max Raabe  
« Yehezkel » par Arik Einstein et les High windows

Chroniques

9H53
4 min

C'était à la une

Quand la Belle Epoque jouait à se faire peur...
Intervenants
  • professeur émérite d’histoire à la Sorbonne
  • Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po, membre de la rédaction de Vingtième Siècle
  • Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis), spécialiste de l’histoire des migrations internationales aux XIXe et XXe siècles

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......