LE DIRECT

Rediffusions : La «bleuïte» ou l'art de la guerre

55 min
À retrouver dans l'émission

le général Amirouche
le général Amirouche
le général Amirouche © DR Une semaine de rediffusions dans **la Fabrique** , avec quelques-uns de nos meilleurs documentaires des semaines passées... **La «bleuïte» ou l'art de la guerre** , un documentaire de Jean-Louis Rioual et Véronik Lamendour (1ère diffusion le 19 février 2008). La guerre d'Algérie (1954-1962) a été une guerre dure, totale, où le renseignement militaire a pris une place centrale pour connaître les choix, les positions et les stratégies du camp adverse. Méthode subversive et non-conventionnelle, il a été utilisé comme une arme offensive pour détruire le potentiel ennemi. La bleuïte est la grande purge qui affecta les maquis de l'Armée de Libération Nationale après la bataille d'Alger, dès la fin de l'année 1957. Elle a été dirigée et orchestrée par les Services secrets français, et plus précisément par le capitaine Paul-Alain Léger. Habitué aux techniques de guerre psychologique, de manipulation, d'infiltration, d'intoxication, de « coups tordus », Léger a ciblé le colonel Amirouche, chef de la wilaya III en Kabylie, réputé déterminé et cruel. En lui faisant croire que son secteur était noyauté par des agents doubles, des maquisards ralliés à la cause française, il a persuadé le leader algérien d'entreprendre dans son propre camp l'extermination, l'épuration de ceux qu'il pensait être des traitres. Ce « nettoyage » a duré des mois et a eu des effets dévastateurs sur le moral des moujahidines. Le doute, la suspicion, la paranoïa se sont diffusés comme un poison dans les rangs de l'ALN FLN avec une efficacité redoutable, et se sont étendus dans les wilaya voisines, le tout sans exposer le moindre soldat français. Encore aujourd'hui, on ne connaît pas précisément le nombre de victimes de ces purges ni même les conséquences qu'elles ont eu sur le cours de l'histoire de l'Algérie. « Tout l'art de la guerre est basé sur la duperie » : jamais cet exergue du théoricien Sun Tzu n'aura eu un tel écho, un tel impact et surtout une telle réussite dans l'histoire des conflits armés. Avec les témoignages de **Hamou Amirouche** (secrétaire du colonel Amirouche) ; **Djoudi Attoumi** (secrétaire au PC de la Wilaya III) ; **Lakhdar Bouragaa** (moujahid dans la Wilaya IV) ; **Jean-Charles Jauffret** (professeur à l'IEP d'Aix en-Provence) ; **Rémy Madoui** (officier de renseignement et de liaison dans la Wilaya IV) ; **Abdel Halim Medjaoui** (moujahid dans la Wilaya III) ; **Salah Mekacher** (secrétaire au PC de la Wilaya III) ; **Tarik Mira** (fils du Commandant Abderrahmane MIRA ) ; **Georges Oudinot** (officier dans la SAS de Beni Douala, Kabylie) ; **Paul et Marie-Catherine Villatoux** (historiens au Service Historique de la Défense - SHD Vincennes).
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......