LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une histoire de la censure 1/4

55 min
À retrouver dans l'émission

A la peinture, 1983-1984, exposée à Strasbourg
A la peinture, 1983-1984, exposée à Strasbourg
A la peinture, 1983-1984, exposée à Strasbourg © Adagp / J. Faujour Il y a très exactement quarante ans, *La Religieuse* portée à l'écran par Jacques Rivette était interdite dans les salles de cinéma... Prenant prétexte de cet "anniversaire", **La nouvelle Fabrique de l'histoire** vous propose de revenir, toute cette semaine, sur la censure et ses évolutions dans le temps. Première étape : grâce à un dialogue d'une heure avec le peintre **Bernard Dufour** , on n'est pas très loin de Rivette puisque ce sont ses toiles à lui que l'on peut apprécier dans *La belle noiseuse* . Mais il est bel et bien question de censure à proprement parler puisque le parcours de Dufour croise en effet, à de multiples reprises dans sa carrière, celui de personnalités d'exception qui se sont frottées aux limites de la liberté d'expression, Artaud, Genet, Robbe-Grillet, Claude Ollier ou Guyotat dont il est très proche. Longuement, le peintre-écrivain évoque donc ici ces rencontres, et donne son regard d'expérience sur ce qu'il est et a été possible de montrer ou de dire selon les périodes. "*J'ai l'impression parfois de vivre dans une jungle d'interdits* " déclare-t-il à un moment de cet entretien dans lequel il raconte également ses propres déboires à lui avec la censure, telle qu'il a pu la connaître avec ses toiles. Lui a toujours fait preuve, en effet, d'une très grande liberté dans la représentation de l'érotisme et du corps, ainsi que l'ont montré ses nombreuses toiles qui proposent dès les années 1950 une vision crue de l'anatomie même et du sexe avec les femmes aimées. En mots et en images, c'est donc à une conversation libre que nous vous convions, qui voit passer des figures aussi variées que Baudelaire ou Zeev Sternhell, et dans laquelle on cerne un peu mieux quelques-uns des axes de la création et la pensée de Dufour : le souhait de montrer l'intime (parce que c'est ce qu'il y a de plus important) ; la sensation que les oeuvres existent même censurées ; rejeter la censure que les individus s'imposent à eux-mêmes, ou les coupes faites par les familles. "*La censure est désagréable, mais elle ne détruit pas* " ; "*il faut faire comme s'il n'y avait pas de censure* " nous dit-il comme une sorte de devise...
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......