LE DIRECT
Le salon littéraire de Madame Geoffrin, lecture de L’orphelin de la Chine de Voltaire. Parmi les invités, Montesquieu, Diderot, D'Alembert, Turgot et Marmontel, Anicet Charles Gabriel Lemonnier 1812, Musée des Châteaux de Malmaison et de Bois Préau
Épisode 1 :

Les Lumières, matrice de l'idée européenne ?

53 min
À retrouver dans l'émission

Comment l'idée d'Europe a-t-elle pu germer avant l'existence des nations ? Le XVIIIe siècle a-t-il vu la naissance de l'intellectuel européen ? Avant la naissance de l'Europe politique et institutionnelle, retour sur les racines de l'idée européenne en compagnie Kent Wright, historien des Lumières.

Le salon littéraire de Madame Geoffrin, lecture de L’orphelin de la Chine de Voltaire. Parmi les invités, Montesquieu, Diderot, D'Alembert, Turgot et Marmontel, Anicet Charles Gabriel Lemonnier 1812, Musée des Châteaux de Malmaison et de Bois Préau
Le salon littéraire de Madame Geoffrin, lecture de L’orphelin de la Chine de Voltaire. Parmi les invités, Montesquieu, Diderot, D'Alembert, Turgot et Marmontel, Anicet Charles Gabriel Lemonnier 1812, Musée des Châteaux de Malmaison et de Bois Préau Crédits : Corbis Historical / Josse/Leemage - Getty

A trois mois de l'échéance fixée pour le Brexit, et à cinq mois des élections européennes, le destin de l’Union semble en jeu - pas seulement sa forme, mais son existence même.  Toutes les crises existentielles - qui comportent une menace de mort, pour les institutions comme pour les individus - ont un point commun : celui de faire porter l’attention sur la question des origines, de la naissance.  Ainsi, si l’on essaie de penser à la fois l’idée moderne d’Europe et les origines de l’UE, on ne peut faire l'économie d'un retour vers le XVIIIe siècle.  En effet, que ce soit les pères fondateurs de l'Union - Jean Monnet, Robert Schuman, tous ceux que l'historien britannique Alan Milward a appelés les "saints européens" - ou ses architectes, tous ont convoqué Montesquieu et Voltaire comme source d'inspiration.  Alors pour reprendre les termes de Tzvetan Todorov dans son essai L'Esprit des lumières (2006) "Sans l'Europe, pas de Lumières, sans les Lumières, pas d'Europe" ?

Emmanuel Laurentin s'entretient avec Johnson Kent Wright, professeur à l’Arizona State University (Etats-Unis), spécialiste de la pensée politique française à l’époque des Lumières et chercheur associé à l’Institut d’Etudes avancées de Nantes (IEA). 

La période de l’entre-deux-guerres semble opérer un retour vers le siècle des Lumières. Pourquoi ?

J. Kent Wright : En effet, jusqu’aux années 1930, les Lumières ne sont pas un objet d’études. C’est au moment de l’essor du fascisme que plusieurs historiens européens vont se focaliser sur le XVIIIe siècle. Parmi eux, Ernst Cassirer, Paul Hazard, Franco Venturi et Peter Gay, ont été des victimes directes du fascisme. En établissant ce que l’on appelle aujourd’hui les Enlightenment Studies, ils ont fait des Lumières un objet d’études mais, au-delà, un objet d’amour, d’admiration et d’inspiration. Pendant les années 30, la civilisation européenne était menacée de mort, on parle du « suicide de l’Europe ». Cet investissement des Lumières, identifiées à un moment de plénitude et d’harmonie entre les nations, correspond à une sorte de nostalgie profonde, mais efficace, parce qu'elle va donner lieu après la Seconde Guerre mondiale à la création d’une Europe nouvelle. Dans cette nostalgie, les pères fondateurs de l’Europe, Robert Schumann ou Jean Monnet, inspirés par Montesquieu et Voltaire, ont puisé les fondations idéologiques pour lancer le processus de la nouvelle Europe. Depuis ce moment, les Lumières n’ont cessé d’être l’objet d’attaques féroces comme de défenses passionnées.

Les Lumières seraient en quelque sorte le mythe fondateur de l'Union européenne ?

J. Kent Wright : Oui, et plus largement de toute la modernité. Certains historiens contemporains ont avancé qu’il n’y avait jamais eu de Lumières, que c’était une construction artificielle des historiens du XXe siècle pour des raisons politiques et idéologiques. Je pense au contraire qu’un mythe, s'il est une création, n’est pas pour autant une illusion.

N’est-on pas aujourd’hui, où l'Union n'a jamais semblé si fragile, dans un moment qui fait retour, comme les années 1930, vers cette référence "enjolivée" aux Lumières ?

J. Kent Wright : Oui, mais nous avons besoin des mythes pour gérer les contradictions, pour penser comment vivre ensemble. Et depuis trois siècles, les Lumières nous ont fourni des outils pour penser, pour construire les identités - parfois pour les détruire - mais toujours avec l’espoir de les réconcilier.

Bibliographie

  • Anthony Pagden The Enlightenment : And Why it Still Matters Random House, 2013
  • Ernst Cassirer, Rousseau, Kant, Goethe : deux essais, Belin, 2011
  • Peter Gay, Le suicide d'une République : Weimar 1918-1933, Gallimard, 1995
  • Franco Venturi, L'Europe des lumières : Recherches sur le 18e siècle, éditions de l'EHESS, 1972

Musiques diffusées

  • Mozart, Sonate pour piano n°13 en si bémol majeur K. 333 (Allegro grazioso)
  • Haendel, Water Music
  • Haydn, Symphonie n°6 en ré majeur « Le Matin »

Et la chronique de Jean-Marc Bastière, rédacteur en chef du mensuel Histoire & Civilisations, consacrée au dossier du n°46 consacré à la Rome des papes.

Histoire & Civilisations n°46, janvier 2019
Histoire & Civilisations n°46, janvier 2019
Intervenants
  • historien, professeur à l’Arizona State University (Etats-Unis)
À venir dans ... secondes ...par......