LE DIRECT
Little foot, squelette fossile d'une australopithèque, découvert en 1994 par Ronald J. Clarke à Sterkfontein, en Afrique du Sud
Épisode 1 :

Du berceau à l'Université : sur les traces de Little Foot

52 min
À retrouver dans l'émission

C’est l’histoire d’un fossile… D’un squelette d’australopithèque découvert à quelques dizaines de kilomètres de Johannesburg, dans une région baptisée « The Cradle of Humankind », le berceau de l’humanité...

Little foot, squelette fossile d'une australopithèque, découvert en 1994 par Ronald J. Clarke à Sterkfontein, en Afrique du Sud
Little foot, squelette fossile d'une australopithèque, découvert en 1994 par Ronald J. Clarke à Sterkfontein, en Afrique du Sud Crédits : Laurent Bruxelles - Radio France
  • Nom scientifique : STW 573
  • Surnom : Little Foot
  • Origine : sud du continent africain
  • Age : depuis peu, estimé à 3,67 millions d’années
  • Sexe : féminin
  • Signe particulier : lui manque quelques orteils et ses deux rotules

C’est l’histoire d’un fossile…  L’histoire d’un squelette d’australopithèque découvert à 40 kilomètres au nord-ouest de Johannesburg, dans une région baptisée par l'Unesco "the Cradle of Humankind", le berceau de l’humanité. L’histoire, du fond de la grotte de Sterkfontein à l’ « Hominid Vault » de l’Université du Witwatersrand, d’une découverte majeure pour la paléoanthropologie, riche d’un immense potentiel, et sur laquelle se penchent aujourd’hui des chercheurs de nombreuses disciplines. 

Ron J. Clarke, paléoanthropologue, découvreur de Little Foot : Little foot est l’arrière-arrière-arrière-grand-mère de chacun de nous. Ou plutôt notre arrière-arrière-arrière grand tante : elle est sans doute issue d’une branche connexe de la lignée humaine, ce n’est pas forcément notre ancêtre direct. Mais ce qui est important pour moi, c’est ce qu’elle nous enseigne sur nos ancêtres qui vivaient il y a plus de 3 millions d’années et que nous ignorions auparavant parce que c’est la première fois que nous disposons d’un squelette complet. On peut ainsi mesurer la longueur des bras et celle des jambes et prouver que leurs jambes étaient plus longues que les bras, donc avec des proportions humaines. On peut dire aussi beaucoup de choses parce que nous avons un crâne entier avec toute la dentition, les mandibules. Et comme nous disposons de ce crâne et du squelette correspondant, pour la première fois, on peut lier les ossements de n’importe quel membre à un type de crâne particulier et ainsi identifier l’espèce à laquelle il appartient. Désormais nous pouvons identifier toute l’espèce animale. »

Ron J. Clarke : « Quand je regarde Little Foot, je vois un squelette complet, unique, comme personne n’en avait découvert auparavant. Little Foot est un représentant des australopithèques que nous avons retrouvés dans la région, mais il diffère de la plupart des autres. Dans une très longue histoire humaine que nous avons pu documenter, Little Foot ne constitue qu’une pièce du puzzle. Donc même s’il peut nous apporter un nombre considérable sur l’évolution, il n’éclaire qu’une fraction minuscule de notre histoire. En étant le plus vieux specimen retrouvé, il ouvre un pan entier de nouvelles recherches. Pour chaque question à laquelle Little Foot permet de répondre, il y a une centaine de nouvelles interrogations.

De gauche à droite Laurent Bruxelles, Ron J. Clarke et Amélie Beaudet
De gauche à droite Laurent Bruxelles, Ron J. Clarke et Amélie Beaudet Crédits : Laurent Bruxelles / Eloi Rouillon - Radio France

"Du berceau à l'Université : sur les traces de Little Foot", un documentaire de Victor Macé de Lépinay réalisé par Anne Fleury, avec les témoignages d'Amélie Beaudet, chercheuse en paléobiologie à l’Université du Witwatersrand (Johannesburg), de Laurent Bruxelles, géoarchéologue, membre de l'Inrap et chercheur à l’Institut français d’Afrique du Sud (IFAS Recherche), de Ronald J. Clarke, paléoanthropologue, découvreur de Little Foot, de Dominic Stratford, directeur des fouilles de la grotte de Sterkfontein et d'Abel Molopole, membre de l'équipe de Ron Clarke.

Un documentaire réalisé grâce au soutien de l’Institut Français et de l’IFAS Recherche.

Intervenants
  • Géomorphologue à l’Inrap, au CNRS, à l’Institut français d'Afrique du Sud (IFAS) et Directeur de la mission française Human Origins in Namibia (MEAE).

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......