LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

De quoi Castoriadis est-il le nom ?

58 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la parution le 13 janvier 2011 de

La création humaine Ce qui fait la Grèce Volume 4, Thucydide, la force et le droit : séminaires 1984-1985.

Pourquoi relire Castoriadis? Pour retrouver sa part de nouveauté, et non pas seulement le commémorer. Cornélius Castoriadis est mort en 1997, mais la force de sa pensée est toujours là. L’auteur de « La montée de l’insignifiance » (1996) n'a pas rencontré la notoriété de Sartre ou de Aron, il était un penseur à contre-courant, venu à Paris, << venant d'Athènes, comme l'Etranger de Platon est venu d'Elée, en Grande-Grèce, à Athènes pour y être un maître de vérité, maître d'une vérité qui ne voulait pas étouffer mais promouvoir la liberté > , a écrit son ami l'historien Pierre Vidal-Naquet. La publication de ses séminaires est toujours une joie pour l’esprit. Le premier d'entre eux s’appelait

<< Sujet et vérité dans le monde social-historique> (2002). Le dernier est paru il y a un mois. Il est consacré à Thucydide et fut prononcée en 1984-1985. Ces leçons étonnent par leur cohérence. Castoriadis y fait preuve de maturité et de créativité. Sa philosophie de l'autonomie s'y réfléchit en pleine lumière. Le philosophe Nicolas Poirier fait paraître de son côté une somme consacrée à Castoriadis ». Il revisite le parcours intellectuel de ce penseur hors normes…

Militant révolutionnaire, économiste de métier à l'OCDE, psychanalyste à partir de 1973, enquêteur philosophe, Castoriadis est un homme qui eut plusieurs vies. Si c'est sur la faillite du marxisme qu'il bâtit sa charpente, c’est surtout sur son courage et sa soif de vérité qu’il édifia son œuvre.

Et en particulier sa conception de "l'imaginaire instituant". Cette notion est centrale chez Castoriadis. Nulle explication historique ne peut rendre compte de ce qui décida de la construction de la Grande Pyramide de Chéops. Sans doute le Pharaon a-t-il décidé de survivre à une bonne place, mais pourquoi en a-t-il décidé ainsi? Nul ne le sait. Mais s'il est vrai que chaque société s'institue à sa manière, toutes n'enferment pas l'individu dans un rôle défini une fois pour toutes. Il existe des sociétés qui permettent une véritable autocréation des individus. La Grèce, par exemple, au temps de Périclès, l'Islam au XIIème, les Lumières, la commune de Budapest, le printemps arabe, et non "l'ère du conformisme généralisé".

Cornélius Castoriadis est le nom de cette union et de cette tension entre la création et l’institution…

Intervenants
  • Ecrivain essayiste, fondateur et directeur de la revue L'Atelier du roman
  • docteur en Science politique de l'université Paris-Diderot, enseigne la philosophie au lycée Jules Verne de Cergy
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......