LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hommage à Pierre Gilles de Gennes

1h

Il ne voulait pas devenir un songe creux et passait chaque jour plusieurs heures à réfléchir en marge de ses recherches et de ses travaux de laboratoire. Il lui arrivait de s'endormir dans son bain en lisant des livres savant sur la gravitation et les trous noirs. Il disait appartenir à une génération d'enfants gâtés qui avaient traversé la guerre sans souffrance, étant trop jeunes pour en supporter vraiment les épreuves. Il aimait à se définir comme un artisan, mais ne manquait jamais une occasion de rendre hommage à ses maîtres. Il avait un sens prononcé des âges de la vie et une réelle appétence pour l'émulation entre les générations. Au cours de sa carrière scientifique, il n'a pas hésité à changer de cap. Il avait un vrai penchant pour les bifurcations et ne se comportait jamais en propriétaire des territoires qu'il avait lui-même défrichés. « Le chemin que j'ai suivi, disait-il, peut effectivement paraître assez sinueux ». Il le fut, mais pas au point d'en faire un touche à tout, doublé d'un inconstant. Toute sa vie, cet admirateur de Pierre et Marie Curie, est retourné à l'école et a cherché à comprendre les matières les plus insolites, le parti pris des choses, les contacts et les adhésions entre les objets de la nature et les produits de la civilisation. S'il n'avait été physicien, et naturaliste dans l'âme, il eût été un industrialiste, directeur ou mécanicien, dans une grande compagnie de transports. Mais il eut plusieurs vies et préféra naviguer entre les disciplines et les problèmes plutôt que de s'enfermer dans un domaine ou une fonction. Deux années durant, après avoir reçu le prix Nobel, il a rencontré des milliers de lycéens et d'enseignants et les a enjoint d'aller vers le concret, pour ne pas tarir leur imagination. Il leur a appris à observer leur cheveux secs bouffants ou leur cheveux mouillés collants afin de mieux saisir les ruses des molécules et le secret des évènements naturels. Il leur a montré comment la colle dont ils se servaient adhérait au papier, de quoi était composé les cristaux liquides de leur calculette, pourquoi le savon fondait dans leur baignoire, et pourquoi le spaghetti se brisait-il le plus souvent en trois morceaux ? Cet homme s'appelait Pierre Gilles de Gennes : il regardait la nature avec timidité, il avait le goût du dessin et de la peinture, il savait rapprocher des mondes. Il incarnait la belle science....

Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......