LE DIRECT

Le post-humain

1h
À retrouver dans l'émission

Les biotechnologies menacent elle l'humanisme ? Nous orientent-elles vers une post-humanité ? Il existe depuis longtemps déjà une science-fiction post-humaniste. Adieu les monstres et les robots, que vivent les mutants et les cyborgs. Il y a des mythes très anciens comme les chimères, Prométhée, Frankenstein. Il y a un cinéma hollywoodien post-humaniste. Il y a toute une littérature post-humaniste où la dialectique de l'humanité et de l'humanitude en constitue la trame. Les androïdes organiques et les technologies de recâblage du cerveau rivalisent sur le terrain du dépassement de l'homme. Par qui ? Par quoi ? L'humanisme peut-il être dépassé, doit-il l'être? Mais d'abord, qu'est-ce que l'humanisme ? Le mot est une véritable bouteille à l'encre! Il n'y a pas de définition intangible, absolue de l'homme. Sapiens se définit par sa capacité constante à se réinventer lui-même. Les valeurs humaines sont toujours précaires. L'humanisme qui se fonde sur une conception intangible de l'homme est un humanisme pernicieux qui prend souvent une forme exclusivement théologique. Aujourd'hui nous sommes mis en demeure de réviser nos certitudes. Les sciences biologiques par les concepts qu'elle produisent et par les implications qu'elles promettent ne permettent plus de défendre une conception traditionnelle de l'homme. l'une des tâches essentielles de la philosophie aujourd'hui est de réélaborer la notion même de valeur qu'on ne peut pas dissocier du rapport normatif que l'homme entretient avec son milieu. Les normes sont indissociablement biologiques, culturelles et sociales. Quand ces normes changent, il faut essayer de réinventer des valeurs. L'homme ne cesse de se former, de se reformer, de se déformer. L'aventure humaine est à ce prix. La connaissance en fait partie. Les technoprophètes qui ont inventé le concept de post-humanité dans un cadre industriel n'ont pas tout à fait tort. L'yperindustrialisation de notre monde donne à penser. Elle transforme le monde autant que l'homme. Comment sortir alor de la dichotomie science pure/science impure ? La technique est très ancienne, la science très récente. La technique n'a aucun sens en elle-même sinon celui du dépassement des limites imposées par son application. La science en elle-même n'est pas humaniste ; elle peut être utilisée dans un sens ou dans un autre. même Galilée obéissait à des contraintes économiques. Il y a dans l' idée de posthumanité un retour à des rêves théologiques dévoyés. Le discours sur la posthumanité nourrit souvent des positions idéologiques et politiques réactionnaires ; mais il véhicule également des espérances parfois démesurées... L'humanité serait-elle appelée à disparaître ?

Intervenants
  • philosophe, professeur à l’Université Paris Nanterre
  • philosophe des sciences et des techniques, chercheur au CEA (commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives)
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......