LE DIRECT

Les mauvais calculs de l'homme économique

1h
À retrouver dans l'émission

En septembre 2008, un ancien économiste du MEDEF, Jean-Luc Gréau, auteur remarqué du « Capitalisme malade de sa finance » paru en 1998, publiait dans la collection Le Débat chez Gallimard, « La trahison des économistes ». Dans ce petit essai nerveux et bien écrit Gréau faisait le procès de « la prise de pouvoir par la vulgate néo-libérale » ; la crise financière de l'été 2008 était selon lui porteuse d'une « crise systémique » aussi ravageuse que le krach de 1929. La crise des crédits hypothécaires à hauts risques, dite crise des « subprimes », résultait à ses yeux d'une fuite en avant du système économique provoquée par le « surprofit financier ». Il ne se trompait pas. Avec la conjonction de la crise financière, du réchauffement climatique, de la misère persistante dans de nombreux pays, le débat sur la mondialisation s'élargit à celui de l'avenir même des capitalismes. C'est désormais « une meilleure gouvernance » et non « moins d'Etat et plus de compétition sur tous les marchés » qu'on préconise dans les milieux savants. Un cycle toucherait à sa fin. La crise de l'automne 2008 aurait mis en lumière les défaillances de la théorie économique standard. Est-ce si sûr ? Car même après la crise, en admettant que celle-ci soit passagère, ce qui paraît pour le moins douteux, nombre d'économistes et de responsables politiques, se contentent d'un appel à la moralisation du capitalisme. Ils continuent de prévoir l'avenir avec les mêmes outils statistiques et en usant du même comptage du chômage, de la croissance, ou de l'inflation. Ils s'en remettent à la science économique pour mesurer, prévoir, et compter toujours comme s'il ne s'était rien passé. A quelle hiérarchie des valeurs les chiffres renvoient-ils ? Le système de la motivation par le calcul est-il pertinent ? La mathématisation des conduites économiques est-elle fiable ? Ces questions font partie du dossier de la revue Esprit de juin 2009 consacré aux mauvais calculs et aux déraisons de l'homme économique. Elles sont au coeur également de la réflexion de Valérie Charolles. Les chiffres nous gouvernent, et si on apprenait à les déchiffrer...

Intervenants
  • économiste et philosophe, chercheuse associée au Laboratoire d' Anthropologie Critique Interdisciplinaire (EHESS/CNRS)
  • Directeur des études de la fondation Terra Nova
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......