LE DIRECT

Linné / Buffon : éternels rivaux ?

1h
À retrouver dans l'émission

« Pourquoi donc craindre la mort, si l'on a assez bien vécu pour n'en pas craindre les suites ? pourquoi redouter cet instant, puisqu'il est préparé par une infinité d'autres instants du même ordre, puisque la mort est aussi naturelle que la vie (...) qu'on interroge les médecins et les ministres de l'Eglise, accoutumés à observer les actions des mourants, et à recueillir leurs derniers sentiments, ils conviendront qu'à l'exception d'un très petit nombre de maladies aïgues, où l'agitation causée par des mouvements convulsifs semble indiquer les souffrances du malade, dans toutes les autres on meurt tranquillement, doucement et sans douleur »... L'heureux auteur qui s'exprime ainsi n'est autre que Buffon dans dans son Histoire Naturelle de l'Homme (1749), ce propos fait pendant à celui de l'historien Philippe Ariès qui parlait de la mort apprivoisée comme une conquête des humbles et une manière éprouvée plutôt qu'apprise de sentir sa mort venir et de trépasser en douceur. On ne saurait comprendre cette mort naturelle, résultat logique de la cessation graduelle de la vie, sans se rapporter à une étude détaillée de l'espérance de vie. L'écart qui sépare les grandes vues des petites attentions s'amenuise chez Buffon au gré de ses nombreuses descriptions dont la finalité n'est autre que d'examiner avec précision les relations entre les êtres vivants et leur environnement. Comme il le fera pour les quadrupèdes et poules oiseaux, le naturaliste envisage ses semblables d'une manière globale. S'il s'appuie parfois sur une statistique balbutiante pour étayer son jugement, c'est toujours pour en affiner la conclusion. La marche de la Nature qui se fait toujours par nuances se doit de réunir tous les caractères et d'énumérer tous les attributs de l'espèce. Tout autre est le projet de Linné qui fut son contemporain. Sa prose est plus rigide et son système moins souple. C'est en tout cas l'image qu'on en retient. Si Buffon et Linné ont en commun d'avoir mis de l'ordre dans la nature bien que n'étant pas tous les deux des voyageurs ou des collecteurs d'information, leur méthode diverge et leur vision philosophique s'oppose. Description ne vaut pas définition pour Linné. Lors de son passage à Paris, il alla au Jardin des Plantes et se glissa vers ceux qui assistaient à une démonstration de Jussieu. Celui-ci demanda qu'on indiquât la provenance d'une plante. Une voix s'éleva qui la nomma avec précision. Et Jussieu répondit à l'inconnu : vous êtes Linné. Quel rapport existe-t-il entre l'art de décrire et celui de nommer, entre le pouvoir de l'évocation et celui de la nomination, il se pourrait bien que derrière ces questions élémentaires se cachent deux façons d'exercer la science. Buffon et Linné sont-ils vraiment irréconciliables ? Ce sera la question du jour...

Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......