LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Naissance du pervers puritain

1h
À retrouver dans l'émission

Décidément la crise de l'automne 2008 aura réveillé les consciences. Les études sur les origines du libéralisme, ses soubresauts, ses tentatives de refondation à la fin des années 1930, et après 1945, n'en finissent pas de se renouveler. Mais il manquait un maillon à cette chaîne ininterrompue de réflexions rétrospectives et d'anticipations inquiètes sur le destin des sociétés libérales. Il manquait le maillon pornographie. Le philosophe Dany-Robert Dufour , né en 1949, comble ce manque dans son dernier ouvrage, « La cité perverse », justement sous-titré « Libéralisme et pornographie ». C'est peu de dire qu'il tombe vraiment à pic. La crise morale que traverse aujourd'hui la gauche - mais pas seulement elle - n'est pas le fruit du hasard. Elle implique des antécédents que l'on peut lire dans la fabuleuse histoire de la libération des passions contée par Dufour. Son périple commence avec Pascal, il se poursuit avec Bernard de Mandeville (1670-1733), le Marquis de Sade, et quelques autres. L'objectif du philosophe est assez simple. Il entend démontrer comment la libération des passions - autrement dit le triomphe absolu de l'égoïsme, l'impératif de jouissance, le besoin de domination - ont transformé toutes les économies où interagissent les hommes : l'économie marchande, l'économie politique, esthétique, symbolique. Le libéralisme selon Dufour possèderait au moins deux faces, une face puritaine représentée par Adam Smith, et une face perverse, représentée par Sade. Il serait l'accoucheur d'un monde où les individus obéissent avant tout à ce commandement suprême : jouis ! Un monde où l'on peut jouir non seulement dans la dimension sexuelle, mais aussi dans celle de la possession et de la domination, de même que dans celle du savoir.... Ce monde ressemble-t-il au nôtre ? Nous avons invité Dany-Robert Dufour pour nous aider à clarifier cette question...

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......