LE DIRECT
Siège du quotidien Le Monde

Comment préserver l’indépendance des médias ?

19 min
À retrouver dans l'émission

« Nous, journalistes du Monde… » C’est ainsi que 460 journalistes intitulaient cette semaine une tribune parue pleine page dans le grand quotidien du soir pour défendre « la liberté éditoriale » de la rédaction. Comment sauver économiquement les médias tout en préservant leur indépendance ?

Siège du quotidien Le Monde
Siège du quotidien Le Monde Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP

« Nous, journalistes du Monde… » c’est ainsi que 460 journalistes intitulaient cette semaine une tribune parue pleine page dans le grand quotidien du soir pour défendre « la liberté éditoriale » de la rédaction. Très vite, les autres rédactions du groupe comme Télérama, Courrier international ou La Vie ont suivi. Et hier, plus de 500 personnalités du monde de la culture, des idées et des sciences ont signé à leur tour un texte dans Le Monde demandant que l’indépendance éditoriale de la rédaction soit garantie.

La question que pose la situation du groupe, dont une partie des parts a été rachetée il y a un an par le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, est celle de la tension entre capitalisme et liberté de la presse. En 1944 le Conseil national de la résistance voulait « assurer la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances de l’argent et des influences étrangères ». Que s’est-il passé en soixante-quinze ans pour qu’un grand groupe comme Le Monde en soit là ?  Faut-il s’inquiéter de cette tendance à la concentration des médias dans les mains de riches actionnaires? « Il en va de notre liberté éditoriale » écrivent les journalistes : comment préserver cette indépendance ?

Avec Julia Cagé, économiste, professeure à Sciences Po et autrice en 2015 de Sauver les médias (Seuil)

Comme nous n'avons pas de règles qui sont définies par la loi au niveau national, à chaque fois que des attaques sont portées à l’intérieur d'un média, finalement on laisse une rédaction isolée face à la possibilité de l'entrée d'actionnaires qui peuvent potentiellement représenter une menace pour l'indépendance du journal. Il ne faut pas laisser les journalistes seuls face à leurs actionnaires. La loi doit être changée. 

Le plus efficace et sûr, comme je l'écrivais dans mon livre Sauver les médias, est de créer un Fonds pour la presse, une société à but non lucratif. C'est ce qu'a fait Mediapart cet été, et c'est sans doute ce que le journal pouvait faire de mieux pour préserver sa liberté.

Richard Sénéjoux, grand reporter à Télérama et co-auteur de Médias, les nouveaux empires, éditions First

Cette affaire montre que les médias ont une valeur symbolique. Si jamais Daniel Kretinsky est prêt à mettre quatre fois plus c'est qu'il est prêt à surpayer quelque chose pour des raisons politiques. Les motivations ne sont pas toujours les mêmes selon les propriétaires des médias, mais ils cherchent à obtenir de l'influence politique en accédant à ces titres de presse. 

Pour aller plus loin : 

La Tribune dans le Monde, « Nous, journalistes du “Monde”… »

Plus de 500 personnalités s’engagent pour l’indépendance du groupe Le Monde

L'ultimatum des journalistes du "Monde" à leur nouvel actionnaire Daniel Kretinsky pour leur "liberté éditoriale", Franceinfo

A propos du livre de Richard Sénéjoux et  Amaury de Rochegonde cf. L'Obs

Le livre de Julia Cagé: Sauver les médias. Capitalisme, financement participatif et démocratie, Seuil, 2015.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......