LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Kiosque à journaux

Conseil de déontologie journalistique : un tribunal pour la presse ?

18 min
À retrouver dans l'émission

Lundi prochain, plusieurs organisations de journalistes, d’éditeurs, d’agences de presse mais aussi de personnes physiques, vont se réunir dans le cadre d’une assemblée générale pour créer un conseil de médiation et de déontologie journalistique. Va-t-on vers un tribunal des médias ?

Kiosque à journaux
Kiosque à journaux Crédits : BERTRAND GUAY - AFP

Régulièrement, et depuis plusieurs années maintenant, la presse est accusée de se transformer en « tribunal médiatique ». Les dernières affaires Haenel et Polanski en sont un dernier exemple. Dans ce contexte de méfiance voire de défiance envers les médias, lundi sera lancé officiellement un Conseil de déontologie journalistique et de médiation, une instance tripartite qui impliquera à la fois journalistes, médias et public.

Objectif de ce conseil : garantir aux citoyens l’accès à une information de qualité.

Est-ce une réponse à l’accusation de « tribunal médiatique » ?

Kathleen Grosset, vise présidente de l’ODI, “Observatoire de la Déontologie de l’Information” et présidente de la FFAP, “Fédération Française des Agences de Presse” 

L'intérêt de ce conseil qui va être mis en place, c'est que cela puisse être un lieu de débat de cette déontologie, car il peut y avoir des dérives déontologiques. Et c'est bien pour cela que l'on veut crée ce conseil, de façon à expliquer que l'information publiée, la fabrication de cette publication n' a pas été faite dans les règles déontologiques. On ne parle évidement pas de la ligne éditoriale mais bien de la façon dont cela été fait. 

Alexis Lévrier, historien des médias, maître de conférences à l'Université de Reims et chercheur associé au Celsa

Je pense que l'expression tribunal médiatique ne doit pas être employée, c'est trop ambigu. Il y a le journalisme des faits, de l'investigation qui est bien souvent irréprochable, et celui des éditorialistes qui peut être plus sujet à caution.  Il y a aussi tout ce qui relève des réseaux sociaux et qui fonctionne sur une mécanique de la délation. Cela me parait plus urgent de réguler les réseaux sociaux que les journalistes qui obéissent déjà à des chartes et rendent des comptes à leur rédaction et leurs lecteurs. 

Pour aller plus loin :

Site de l'Observatoire de la Déontologie de l'Information

Tribune d'Alexis Lévrier L’expression “tribunal médiatique” est un piège, Le Monde

Conseil de déontologie: pourquoi nous n’y participerons pas

Un conseil de déontologie journalistique « sur les rails », La Croix

Intervenants
  • maître de conférences à l'Université de Reims, et chercheur associé au Celsa, spécialiste de l’histoire du journalisme.
  • vise présidente de l’Odi, “Observatoire de la déontologie de l’information”, présidente de la FFAP, “Française des Agences de Presse”
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......