LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des manifestants brandissent le portrait de la journaliste Daphné Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre 2017.

Le consortium est-il l'avenir du journalisme d'investigation ?

19 min
À retrouver dans l'émission

Pour garantir l'avenir du journalisme d'investigation, le travail international en réseau permet de poursuivre des enquêtes fouillées, collaboratives et à distance. Pour en parler, Pierre Haski, président de Reporters sans frontières, et Laurent Richard, co-fondateur de Forbidden Stories.

Des manifestants brandissent le portrait de la journaliste Daphné Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre 2017.
Des manifestants brandissent le portrait de la journaliste Daphné Caruana Galizia, assassinée le 16 octobre 2017. Crédits : Matthew Mirabelli - AFP

Vous avez pu apprendre cette semaine sur notre site que pour un peu plus d’un million d’euros une île de la Méditerranée, membre de l'Union européenne, vend sa nationalité, et que les acheteurs de passeports bénéficient d’une fiscalité très favorable. 

On apprend aussi qu’une banque azerbaïdjanaise sise dans cet Etat détient secrètement les actifs d’entreprises françaises de Limoges ou de Cambrai. 

Une journaliste avait dénoncé ces dérives et enquêtait sur la corruption et le blanchiment d’argent. Cet Etat, c’est Malte. Et la journaliste s’appelait Daphne Caruana Galizia. Elle a été assassinée il y a six mois. 

Depuis, 18 médias, 45 journalistes de 15 pays, ont pris le relais et enquêté dans le plus grand secret. Les premiers résultats ont été publiés cette semaine sur notre site. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Dans le même temps, le Sénat votait en première lecture une proposition de loi du groupe la République En Marche sur le secret des affaires, qui pourrait bien mettre à mal ce type d’investigation… Sauf peut-être si les journalistes se regroupent. Alors le travail international en réseau est-il devenu la seule alternative possible ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Laurent Richard : Il est possible de travailler dans le secret grâce à des technologies de chiffrement de communication. Le secret permet de protéger les journalistes qui enquêtent, les informations sur lesquelles ils ont travaillé et les sources qu'ils ont été amenés à rencontrer. On a communiqué tous les jours, toutes les heures, sur des applications de communication chiffrée en hébergeant nos données dans des lieux extrêmement sécurisés et en utilisant des technologies avancées. Ce type de collaboration là ne peut pas exister sans le savoir-faire de quelques uns sur l'aspect digital, sécurité et technologie. 

Pierre Haski : Le travail collaboratif est une forme très efficace de journalisme d'investigation a priori contre-intuitive. C'est la mise en réseau de gens qui poursuivent le même objectif, passent au dessus des égos et des concurrences et qui travaillent dans le même but. Ce sont des dizaines de médias, dans 60 ou 70 pays, qui communiquent de façon chiffrée pour aboutir à un résultat d'intérêt public. Des moyens énormes qu'une rédaction individuelle aujourd'hui ne peut plus déployer, puisqu'il s'agit d'analyser des dizaines de milliers de documents. 

A consulter :

- Le blog d'investigation collaboratif Forbidden Stories

Intervenants
  • journaliste à L'Obs, cofondateur de Rue89
  • journaliste, producteur et réalisateur de documentaires d'investigation, co-fondateur du blog Forbidden Stories et de l'émission Cash investigation
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......