LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le secret défense s’oppose-t-il au droit à l’information ?

18 min
À retrouver dans l'émission

Journalistes convoqués devant la DGSI : la presse intimidée ?

Crédits : GERARD JULIEN - AFP

Il y a une dizaine de jours on apprenait que deux journalistes du site d’investigation Disclose et un journaliste de Radio France avaient été convoqués par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre de leur enquête sur les ventes d’armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Depuis, d’autres journalistes ont été entendus de la même manière et sur le même sujet, provoquant déjà une réaction au sein de la profession, inquiète pour sa liberté. 

Mais mercredi le journal Le Monde a annoncé que sa grande reporter Ariane Chemin allait à son tour être entendue, le 29 mai prochain, dans le cadre cette fois de son enquête sur Alexandre Benalla. 

En tout, 6 journalistes ont été convoqués ces dernières semaines par la DGSI, comme Valentine Oberti de Quotidien, qu’on entendait à l’instant, deux autres le seront la semaine prochaine ainsi que le président du directoire du Monde, Louis Dreyfus, en l’occurrence pour avoir révélé l’identité d’un agent des forces spéciales… 

Est-ce que cette procédure est normale comme le rappelait la porte-parole du gouvernement Sibeth N’Diaye au micro d’Europe 1 jeudi ou bien est-ce que « ça fait beaucoup » pour reprendre les termes de Nathalie Loiseau sur France  Inter le même jour? 

Est-ce qu’on doit, à l’instar de sociétés de rédactions de plusieurs médias, s’inquiéter de la multiplication de ces convocations ? 

Le secret défense s’oppose-t-il au droit à l’information ?

Les liaisons dangereuses entre la presse et le pouvoir : acte II 

Luc Bronner, directeur de la rédaction du quotidien Le Monde

Des journalistes qui font leur travail et qui se retrouvent convoqués par les services de renseignements, c'est du jamais vu . La DGSI veut faire passer un message et connaitre nos sources que l'on ne dévoilera jamais. 

Benoit Collombat, journaliste de la cellule d’investigation de Radio France

C'est un message d'intimidation à tous les journalistes qui travaillent sur des sujets sensibles, or, il s'agit de sujets  d'intérêts publics. Nous sommes dans une procédure qui est en dehors du droit de la presse dans le cas de ces convocations.  

Luc Bronner, directeur de la rédaction du quotidien Le Monde,

Avoir des sources permet de révéler des projets gouvernementaux. Le secret des sources est le cœur du travail journalistique. Il y a un message adressé à la fois aux journalistes d'investigation et aux sources, "prenez garde".  

Benoit Collombat, journaliste de la cellule d’investigation de Radio France

La fonction de journaliste a un rôle social particulier. Nous faisons des révélations qui sont utiles au débat citoyen, c'est de cela dont il s'agit.

Pour aller plus loin :

Les autorités sortent la carte «secret défense» et défient la presse, Libération

L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla, Le Monde

Armes françaises au Yémen : « Disclose » évoque une « tentative d’intimidation », Le Monde

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......