LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Alain Altinoglu

29 min
À retrouver dans l'émission

Dans sa première partie, l'équipe de la Grande Table a le plaisir de recevoir Alain Altinoglu , chef d’orchestre, qui en à peine 40 ans a su se faire un nom et se construire un carrière internationale, de Vienne à New-York en passant par Milan et Paris. Paris sa ville natale, où il est en ce moment à l'opéra Bastille exactement, où il dirige l'un des chefs-d'oeuvre de l'histoire de la musique : l’opéra D on Giovanni de Mozart .

Alain Altinoglu
Alain Altinoglu

Je trouve qu'il y a une dimension mystique dans Don Giovanni qui n'est pas dans Cosi Fan tutte où on est plus dans une farce avec une morale à la fin.

Quand je dirige Mozart, pour moi c'est toujours important lorsqu'il y a du drame de montrer la personnalité de Mozart, chez qui c'est toujours contrebalancé. Dans la joie il y a toujours de la gravité et dans les choses graves toujours de la légèreté.

Malgré le fait qu'on ait les mains dans l'air, quand on dirige un orchestre, on a cette impression parfois qu'on est dans l'eau, du moins dans une matière beaucoup plus résistante car on déplace 100 personnes en même temps, c'est extrêmement violent.

> La Petite minute européenne d'Aude Tortuyaux : l'exposition "Europe du sultan, le monde ottoman dans l'art de la renaissance."

Sons diffusés :

-Barenbom au micro de Claude Maupomé, archive INA France Musique du 01/07/1984

-Radioscopie de Boulez, archive INA France Inter du 13/12/1977

Pour réécouter la dernière partie de l'émission : "Capitale européenne de la culture : et après ? " cliquez-ici

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......