LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Andrew Sean Greer à Rome en juin 2017

Andrew Sean Greer, Prix Pulitzer 2018

28 min
À retrouver dans l'émission

Invité de la Grande table : le romancier américain Andrew Sean Greer pour "Les tribulations d'Arthur Mineur" (Jacqueline Chambon, janvier 2019, Prix Pulitzer 2018)

Andrew Sean Greer à Rome en juin 2017
Andrew Sean Greer à Rome en juin 2017 Crédits : Camilla Morandi - Corbis/Corbis - Getty

Chaque année, on attend avec impatience le nom du lauréat du Prix Pulitzer qui parvient toujours à trouver des pépites. 

Et cette année encore nous n’avons pas été déçus avec Les Tribulations d’Arthur Mineur, lauréat du Pulitzer Fiction, qui parait en France aux éditions Jacqueline Chambon. Traduit par Gilbert Cohen-Solal. Cinquième roman d’Andrew Sean Greer, dont l’avant dernier Les Vies parallèles de Greta Wells est en cours d’adaptation, avec Madonna à la réalisation. 

Arthur Mineur n’a qu’une idée en tête : fuir le mariage de son ex-compagnon avec un autre. De ne pas être témoin de ce nouvel échec amoureux après sa dure séparation avec Robert. Ne pas être l’homme qui ne sait pas garder ses amants en plus d’être déjà un écrivain moyen. Alors il va prendre l’avion, partir pour New York, Berlin, Paris, une escale en Suisse, le Sahara, l’Inde… loin de San Francisco… Et nous allons suivre les tribulations de ce drôle de personnage sur près de 300 pages.  « Candide et maladroit ». Qui possède de la malchance dans tout ce qui ne compte pas. De la chance dans tout ce qui compte. Partir avec lui dans un périple littéraire et sentimental…

Andrew Sean Greer explique ce que signifie pour lui ce Prix Pulitzer :

Même si mon personnage dit que les prix ce n'est pas de l'amour, je me trompe peut-être mais je le ressens vraiment comme de l'amour.

Il confie les influences qui ont nourri ces Tribulations d'Arthur Mineur :

Cette idée est basée sur un roman de Colette qui s'appelle "Chéri". Je voulais faire une version moderne et gay de ce roman-là. Et j'ai échoué. Et quand on a échoué il faut se reprendre en main et faire quelque chose d'autre. Et voilà le roman que j'ai fait après avoir échoué. Son roman est tellement triste et c'est une autre époque. 

J'ai volé des choses à Nabokov, à Proust, à John Updike et à Philip Roth.

Andrew Sean Greer parle également de l'importance que prend l'écriture dans sa vie et des conseils qu'il donne aux jeunes écrivains :

Nous écrivons tous pour nous-mêmes et c'est seulement au moment où le livre sort où nous réalisons que d'autres vont le lire. Ça semble évident aux yeux de tout le monde mais pas pour nous et on se demande toujours si on a fait quelque chose de bien ou peut-être quelque chose de dangereux, de nuisible parce qu'on ne pensait à personne d'autre au moment où on écrivait.

J'écris... c'est une sorte de pulsion. Si je n'écris pas pendant un certain temps, je me sens tout mou. Ça me permet aussi de traverser ma journée.

Ce que je dis aux jeunes écrivains, c'est que ce que tout le monde vous dit de faire c'est erroné (...) L'écriture, c'est ce qui est pleinement vous-même. Je pense qu'il faut de l'audace.

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......