LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Claire Chazal au 10e Festival du film francophone d'Angoulême, le 22 août 2017.

Claire Chazal, de l’écran à la scène

28 min
À retrouver dans l'émission

Nous recevons aujourd'hui Claire Chazal. Elle est en ce moment la narratrice de "Peau d'âne", le spectacle de réouverture du Théâtre Marigny, mais aussi la présentatrice de l'émission culturelle "Entrée libre" sur France 5. L'occasion de parler spectacle vivant, danse, médias et contes de fées.

Claire Chazal au 10e Festival du film francophone d'Angoulême, le 22 août 2017.
Claire Chazal au 10e Festival du film francophone d'Angoulême, le 22 août 2017. Crédits : Yohan Bonnet - AFP

Elle est le visage de la culture sur France 5, après avoir été celui des JT de fin de semaine sur TF1 pendant plus de vingt ans.

Aujourd’hui, elle monte sur scène, pour Peau d’âne, spectacle d’ouverture du théâtre Marigny, qui réouvre après 5 ans de travaux. 

Une "féerie musicale" adaptée du film de Jacques Demy sur une bande-son signée Michel Legrand. A voir jusqu’au 17 février à Paris. 

Claire Chazal est notre invitée.

J’ai un rôle particulier, c’est un rôle modeste, mais c’est vrai qu’il ouvre le spectacle et qu’il le clôt, en tirant d’une certaine façon la morale, la leçon du conte. Donc je ne suis sur scène, mais pas un personnage. Au fond, je fais un peu ce que j’ai fait toute ma vie, c’est-à-dire que je raconte. J’ai raconté l’actualité du monde, là je raconte autre chose. J’essaie de trouver le ton qui va convenir à cette féérie, à cette magie, à quelque chose qu’on peut raconter à un enfant, même si ce sont des sujets graves et qui demandent des explications.

Je crois que le monde a changé, que les codes familiaux ont explosé, que les modèles traditionnels ne sont plus les mêmes, et qu’il faut retrouver quelque chose, où l’amour aurait sa place.

Tous les contes de fées ont un contenu psychanalytique, si on veut. […] Les enfants peuvent entendre aussi tout cela. Je crois qu'on peut vraiment raconter aux enfants des choses parfois difficiles, parfois graves. […] Et ça ne les empêche pas de rêver.

Je crois qu’on cherche de toute façon toujours d’où l’on vient, comment on a été formé, qu’est-ce qu’on nous a transmis, et qu’est-ce qu’on est capable à son tour de transmettre, quand on a un enfant. Moi, ça a été ma quête.

J’ai aimé lire très vite. […] Et c’est ce qui m’a portée, c’est ce qui m’a nourrie.

J’ai aimé faire de la danse, quand j’étais petite. […] Et cette discipline, cet univers, cette façon de se retrouver dans un monde qui n’est pas du tout le mien, pratiquement quotidiennement […], ça m’a sauvée, physiquement et mentalement. Ça m’a aidé à tenir, […] à affronter aussi les directs longs du journal […], parce que tout simplement j’ai éprouvé ma force physique. […] C’est un plaisir, c’est rechercher le beau geste, c’est rechercher une belle ligne, c’est être en harmonie avec la musique, ce n’est pas que l’effort physique. C’est aussi la recherche du beau, et c’est ça qui me plaît.

Il faut trouver ce ton, entre l’adresse à un enfant, l’adresse à une salle, à un adulte, quelque chose qui n’est pas de la littérature, mais qui n’est quand même pas du langage parlé, quelque chose qui n’est pas l’actualité du monde, mais une féérie.

Il a su faire de cette comédie musicale américaine quelque chose que le public français aimait. Et c’est tout à fait remarquable. Je crois qu’il va essayer de faire ça à Marigny, un peu différemment, bien sûr, mais en tous cas, il veut faire quelque chose de singulier à Marigny. (à propos de Jean-Luc Choplin)

J’ai tenu personnellement à faire que les cinq éditions du weekend pendant vingt-cinq ans aient un sujet culture au moins. Donc il y en avait au moins cinq par weekend, il y avait des expositions, […] mais il y avait aussi du théâtre, il y avait du cinéma, de la danse, de l’opéra. […] Je crois qu’on peut transmettre quelque chose, donner envie. […] Ouvrir dans des journaux télévisés une petite fenêtre sur le monde de la culture, j’en suis assez fière, c’est ce que j’aime aller voir moi-même, et j’ai essayé de le transmettre.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......