LE DIRECT

Doit-on pénaliser les incivilités ?

27 min
À retrouver dans l'émission

Pour la 500ème émission de La Grande Table :

A partir de l'ouvrage dirigé par Claude Habib et Philippe Raynaud, Malaise dans la civilité ? (Editions Perrin, 2012).

Avec : Ruwen OGIEN Pascal BLANCHARD Marin de VIRY
Ruwen Ogien : « On pourrait se pencher sur l’esprit dans lequel le genre de politique comme celle qui est menée par la municipalité de Bruxelles, est fait aujourd’hui. Ce n’est pas seulement condamner les actes d’après leur nature (bons, mauvais, blâmables, etc.) mais en fonction de ce qu’ils préfigurent. Je voudrais revenir sur l’importance de l’argument de ‘’la pente glissante ’’ dans tous les débats aujourd’hui. C’est un argument affolant et il est le signe d’une certaine panique morale. On ne réfléchit plus à la nature des incivilités mais on pense simplement que l’urgence est de bloquer les désordres mineurs afin d’empêcher des désordres majeurs. Et là c’est une politique pénale complètement différente qui se met en place et c’est à ça qu’il faut faire attention. Aujourd’hui, cet esprit de prévention est dangereux et c’est le genre de dispositif que l’on voit mis en œuvre à travers la pénalisation des incivilités. »

Marin de Viry : « Refuser les effets de la ‘’pente glissante ’’ provient d’une vieille conception très occidentale de l’éducation comme dressage. Il faut considérer le dressage comme la condition de l’élévation. Appliquée à l’incivilité, la ‘’pente glissante ’’ est quelque chose à combattre à l’aide de discipline et celle-ci est perçue comme remettant dans le droit chemin. On ne peut donc pas se débarrasser comme ça de cet argument, car au fond il y a quand même l’idée que le bon paradigme c’est que tout le monde soit poli. »

Pascal Blanchard : « On sait aujourd’hui que par rapport à une époque où seules l’éducation et l’autorité pouvaient lutter contre l’incivilité, le contexte sociologique dans lequel se passent ces incivilités fait sens, alors qu’avant on doutait de cette question là. Nous avons pris un recul qui nous permet de comprendre dans quel cadre et quel contexte une incivilité, malgré une éducation, peut produire des conséquences incroyables. C’est tout ce qui fait notre intelligence : au lieu d’avoir des modèles préétablis, on les adapte à la réalité présente et aux conditions sociologiques et politiques. »

Musique diffusée : Fernandel - "Politesse"

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......