LE DIRECT

Existe-t-il des lieux de mémoire transnationaux ?

27 min
À retrouver dans l'émission

Avec :

Eric FASSIN Pascal BLANCHARD Marin de VIRY

A partir d'un livre qui raconte l'histoire de la statue de la liberté, la question du jour est : existe-t-il des lieux de mémoire transnationaux ?

Dans « La statue de la Liberté, histoire d’une icône franco-américaine », l'historien Edward Berenson, professeur à l'Université de New York, revient sur l'histoire de la création de la Statue de la Liberté, son financement et son cheminement de la France vers les Etats-Unis. Comme l'indique le sous-titre, et comme Edward Berenson l'écrit lui-même, c'est un "phénomène transatlantique, une histoire de donnant-donnant entre la France et les Etats-Unis, entre culture intelectuelle et culture populaire ."

On sait moins dans quel contexte la Statue de la Liberté a été construite, pourquoi elle est passée d'un atelier de sculpture en France à Manhattan.

Décryptage des significations d'u paradoxal lieu de mémoire entre la France et les Etats-Unis :

Eric Fassin : "C'est une image modérée de la République et de la liberté, un projet libéral qui est devenu populaire, populiste, un symbole qui n'a jamais fait l'unanimité (les femmes avant leur droit de vote, les Noirs sous les lois Jim Crowe) et dont les significations ont changé à travers l'Histoire. Le livre permet de penser, dans l'échange franco-américain et les significations successives de la valeur universelle de liberté, un lieu de mémoire nationale qui n'est pas nationaliste..."

Pascal Blanchard : "C'est un symbole à la fois nationaliste et universaliste. Elle a emblématisé à travers le monde une liberté qui n'avait pas de visage. C'est, une icône devenue publicitaire, dont le sens a été perverti ou inversé. Au-delà du lieu de mémoire, c'est un lieu de symbole, d'une liberté qui n'a plus le sens qu'elle avait en 1886 (la lutte pour l'abolition de l'esclavage) ."

Marin de Viry : "Je vois plutôt un lien entre le sens original et le sens actuel de La Statue de la Liberté : au-delà des transformations de sa signification, il y a un continuum lié à l'émancipation, au servide la gloire de l'Amérique. Cette gloire peut être problématique : le pays qui l'installe prend donc des responsabilités particulières vis à vis de ce que ce symbole représente, il institue des principes qui flottaient dans la Constitution et l'idée qu'on se fait des Etats-Unis et de l'Occident."

Archives diffusées : Extrait : La Cinquième colonne, film, d'Alfred Hitchcock, 1942

Edward Berenson dans "Concordance des temps", 9 juin 2012

François Mitterrand au centenaire de la Statue de la Liberté, archive Antenne 2, 4 juillet 1986

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......