LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
BORDERLINE, LES FRONTIÈRES DE LA PAIX. Frontière Allemagne-France, depuis le château de Fleckenstein, 2007.

Frontières, vestiges du futur avec Valerio Vincenzo

27 min
À retrouver dans l'émission

"Borderline, les frontières de la paix" est un projet du photographe documentaire italien Valerio Vicenzo. Il a parcouru l'Europe pour offrir une nouvelle iconographie des frontières, en photographiant les grands espaces dans lesquels elles se dessinent et parfois, se devinent à peine.

BORDERLINE, LES FRONTIÈRES DE LA PAIX. Frontière Allemagne-France, depuis le château de Fleckenstein, 2007.
BORDERLINE, LES FRONTIÈRES DE LA PAIX. Frontière Allemagne-France, depuis le château de Fleckenstein, 2007. Crédits : © Valerio Vincenzo

Tout d'abord, retour à Cannes : si mercredi dernier il ne s’autorisait pas encore à y croire, le jury a trouvé en Parasite, le film de ce cinéaste méticuleux et maîtrisé, sa Palme d’or… Autopsie des inégalités sociales en Corée du Sud, film plein d’humour noir, où le scénario se renouvelle constamment à mesure que l’intrigue avance, le réalisateur sud-coréen Bong Joon Ho était aussi à La Grande Table au micro d'Henri Le Blanc. 

En ce lendemain d'élections européennes, nous recevons Valerio Vincenzo, auteur du livre : Bordeline, les frontières de la paix, et d’une exposition à voir au Festival Photo La Gacilly en Bretagne jusqu’au 30 septembre. Le photographe italien montre la disparition des barrières internes de l’Europe, en photographiant des frontières symbolisées aujourd’hui par des routes, un trait de peinture... Rien de phénoménal, dans ses photos : c’est ce qui les rend « pas banales ». Il a pris le parti de montrer les transformations historiques, souterraines et progressives de notre monde.

En Europe, on a interprété et donné une autre forme aux frontières, dans laquelle ont ne voit rien.

Car lorsque l'on dit on dit « frontières » aujourd’hui, on pense « mur », « fils barbelés », postes de douanes et « check point ». Par ses photographies, il entend changer nos imaginaires...

Michel Fouchet a calculé que seulement 6% des frontières au monde sont des barrières. Les 94% sont des paysages dans lesquels il n'y a rien. Aujourd'hui, on est bombardés d'images, de murs, et on n'a pas l'opportunité de voir les autres frontières. Dans mon travail, on voit cet autre 94% des frontières.

La première photo qu'il a réalisé est celle d’un poste de douane belge reconverti en boutique de chocolat Leonidas. Un peu partout en Europe, il reste des traces physiques, matérielles, de cette ancienne Europe des frontières...

La frontière avant tout est dans la tête. Ensuite, ce qu'on a dans la tête se transporte dans les paysages. (...) J'ai eu la chance de prendre en photo une utopie qui est devenue réalité. 

Il nous raconte l'histoire de frontières, comme celle la frontière entre l’Allemagne et la Pologne. En 1996, cette frontière était la plus militarisée en Europe. Il a pris cette photo en 2012 : aujourd’hui, elle est un lieu de passage, marqué d’un petit chemin en bois.

Après avoir vu 20 000 km de frontières en Europe, je me suis rendu compte que c’est vraiment difficile de revenir en arrière. Partout, on s’est rendu compte que le passé était trop lourd dans notre histoire, ce serait une folie. 

Extraits sonores : 

  • Les frontières : première partie - Le monde en quarante minutes, ORTF, 09/06/1966 
  • Alain Willaume, La Grande Table, France Culture, 05/02/2019
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......