LE DIRECT
Discours de François Weyergans à l'Académie française lors de son entrée le 16 juin 2011

Grand entretien avec François Weyergans

1h27

L'écrivain-cinéphile est l'invité de "la Grande table" quelques jours seulement après un discours marquant d'entrée à l'Académie française.

Discours de François Weyergans à l'Académie française lors de son entrée le 16 juin 2011
Discours de François Weyergans à l'Académie française lors de son entrée le 16 juin 2011 Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP

1ère partie : Table-ronde critique  en présence de Corinne Rondeau, Sean Rose et Michel Ciment

Aujourd'hui, ils examineront :

  • Le livre Journal en ruines, de Noël Herpe
  • L'exposition Constantin Brancusi/Richard Serra  à la Fondation Beyeler à Bâle (Suisse) du 22 mai au 21 août.

2ème partie : Grand entretien avec François Weyergans

Autour de son livre La démence du boxeur , paru aux éditions Folio en mai 2011.

François Weyergans a été élu le 26 mars 2009 à l'Académie française, au fameux fauteuil 32, réputé maudit, et laissé vacant par le décès d'Alain Robbe-Grillet. Le père du Nouveau Roman était en effet mort avant son intronisation, après avoir refusé de porter l'habit vert et de préparer un discours.

"J'essaie de ne pas avoir d'avance sur le lecteur" François Weyergans.

Anne Diaktine  a demandé à Bruno Nassim Aboudrah , dont le dernier roman Ici-bas  est paru aux éditions Gallimard, s'il y a un mot qu'il aimerait voir ressurgir dans le dictionnaire pour pouvoir s'en servir dans un de ses romans.

- Extraits musicaux -

  • Pierre Henry.
La démence du boxeur, de François Weyergans
La démence du boxeur, de François Weyergans

« Monsieur,

Vous voici.

Vous voici enfin !

Nous avons failli attendre »

Tels furent les premiers mots prononcés jeudi dernier par Erik Orsenna, à qui on ne pourra pas reprocher d’avoir manqué de précognition, pour souhaiter la bienvenue au 719e Immortel .

C’est sans doute ce que retiendra la petite histoire du 23 quai de Conti à Paris, car François Weyergans est arrivé en retard, obligeant ses futurs collègues, manifestement très à cheval sur la ponctualité, à modifier le protocole et à faire entendre les remerciements avant son propre discours de réception.

Discours au cours duquel furent notamment cités : Edmond Rostand, François Mauriac, Jean de la Bruyère, Jacques Lacan, Ernest Hemingway, mais aussi Michel Piccoli, Jafar Panahi, mais encore Bill Haley, Maurice Béjart et l’artiste chinois Ai Weiwei.

Ce qui laissait tout de même un peu de place pour y glisser un double éloge, à ses prédécesseurs : Maurice Rheims et Alain Robbe-Grillet, le second n’ayant jamais vraiment succédé au premier, du fait de son refus de porter l’uniforme.

Cet uniforme avec lequel, parait-il, François Weyergans rêverait de monter un jour les marches du palais des Festivals à Cannes.

Car pour ceux qui l’ignoreraient, l’académicien n’est pas seulement écrivain, prix Renaudot pour La démence du boxeur , prix Goncourt pour Trois jours chez ma mère , mais il fut aussi cinéaste, critique aux Cahiers du cinéma.

Bref, nous ne devrions pas manquer de sujets de conversation.

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......