LE DIRECT

Intermittents du spectacle, un accord introuvable ?

29 min
À retrouver dans l'émission

La Grande Table aujourd'hui s'intéresse à la question sociale :

En première partie, avec Nicolas Bouchaud , comédien et Joëlle Gayot , productrice de l'émission "Changement de décor" sur France Culture, nous revenons sur le mouvement soulevé par les intermittents. Greg Germain, le Président du Festival Off d'Avignon nous donne également son point de vue par téléphone.

Ceux-ci revendiquent le non-agrément par le gouvernement de l'accord signé par le MEDEF et certains syndicats devant conduire, par la révision des annexes 8 et 10 du système de l'assurance chômage, à l'exclusion de nombreuses personnes du statut d'intermittent.

Or, Manuel Vall, le premier Ministre, a annoncé hier que l'Etat validerait l'accord sur l'assurance chômage, malgré les contestations. Toutefois, le différé d'indemnisation, la mesure la plus contestée, a-t-il annoncé, sera compensé provisoirement par l'Etat, pour une somme de vingt millions d'euros jusqu'à la fin de 2014. Il n'est pas certain que cette mesure compensatoire puisse satisfaire les manifestants.

Ce mouvement est-il catégoriel ou sectoriel ? Quelle question cela pose-t-il sur notre rapport à la culture ?

Greg Germain : Suite à l'annonce de Manuel Valls, je réagis avec satisfaction et prudence en même temps. Comment peut-on demander à une catégorie professionnelme qui autofinance ses spectacles (les compagnies du Off) de faire grève ?

Nicolas Bouchaud et Joëlle Gayot
Nicolas Bouchaud et Joëlle Gayot Crédits : TM - Radio France

Joëlle Gayot : Les intermittents ne luttent pas pour défendre des privilèges. Ils luttent pour un retour au système d'avant 2003, plus vertueux.

Nicolas Bouchaud
Nicolas Bouchaud Crédits : TM - Radio France

Nicolas Bouchaud : Je pense que l'annonce de Manuel Valls fait partie d'une grande stratégie de communication. Le MEDEF veut qu'au nom de l'exception culturelle, ce soit l'Etat qui prenne en charge les travailleurs dépendants des annexes 8 et 10. Cette discontinuité de travail pourrait s'appliquer à d'autres catégories de chômeurs. Le Medef le refuse catégoriquement.

L'accord du 22 mars dernier, c'est l'accord de 2003, aggravé. Celui-ci nous a fait passer dans un régime de capitalisation. Avant 2003, le système était plus juste : ceux qui gagnaient beaucoup cotisaient pour ceux qui gagnaient peu.

Pour cet accord, les premiers concernés n'ont pas été consultés : un accord majoritaire, peut-être mais pas vraiment démocratique...

Nous ne sommes pas une catégorie à part. Il ne faut pas mettre la culture dans une situation d'exception. Nous sommes à la pointe d'un modèle de travail discontinu, certes réformable, mais qu'il faut considérer.

Sons diffusés :

  • Jack Lang - Matinale d'Inter 11 juin 2014

  • Anne Sylvestre, "La Java des Assédiques"

Retrouvez la chronique européenne d'Aude Tortuyaux à 12h25 : elle nous emmène à Amsterdam au musée du cinéma Eye qui présente une grande exposition sur le cinéaste David Cronenberg.

Et poursuivez votre écoute de La Grande Table avec Karel Yon ici.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......