LE DIRECT
Joaquin Phoenix, John C. Reilly et Jacques Audiard au 44e Festival du cinéma américain de Deauville, le 4 septembre 2018

Jacques Audiard et son "western apaisé"

28 min
À retrouver dans l'émission

Le cinéaste Jacques Audiard sera notre invité pour parler de son dernier film, "Les Frères Sisters", un western américain aux allures de conte initiatique, qui nous entraîne sur la côte ouest aux côtés des chercheurs d'or et des tueurs à gages.

Joaquin Phoenix, John C. Reilly et Jacques Audiard au 44e Festival du cinéma américain de Deauville, le 4 septembre 2018
Joaquin Phoenix, John C. Reilly et Jacques Audiard au 44e Festival du cinéma américain de Deauville, le 4 septembre 2018 Crédits : Charly Triballeau - AFP

Cap vers l’Ouest, Far Far West, avec Jacques Audiard et ses "Frères Sisters" qui débarquent en salles mercredi. Un western apaisé dont la mise en scène vient d’être couronnée d’un Lion d’argent à la Mostra de Venise. 

Le réalisateur d'Un prophète et de Dheepan signe ici l’adaptation libre d’un roman de Patrick deWitt, où les frères Sisters, Eli et Charlie, s’assemblent mais ne se ressemblent pas. L’un plutôt débonnaire et protecteur, il est l’aîné des deux frères, l’autre plus nerveux et autoritaire, c’est Charlie, le cadet des deux frères. 

Deux cowboys sur grand écran. On est en Oregon ou en Californie. A la solde du Comodore, ils tuent sur contrat, jusqu’à ce que leur tête à eux soit mise à prix ... 

Un parcours initiatique, un nouveau départ, où Audiard interroge en route notre vision du monde à travers le rêve du phalanstère imaginée par les deux chercheurs d’or, une communauté où les hommes vivraient en harmonie, loin de la violence des prospecteurs.

Le public américain, l’enfant américain, sait ce que c’est qu’un western. Nous, on joue aux cow-boys et aux Indiens. Le western, c’est fondateur, c’est le mythe, c’est le récit fondateur, qui est assez étrangement contemporain de la naissance du cinéma.

Comment régler ce problème des pères fondateurs, qui ont massacré les Indiens ? A quel moment on va laisser les armes à l’entrée du village ? A quel moment un bonhomme va se mettre une étoile sur la poitrine ? Cette violence, c’est le problème du western.

J’ai été éduqué par le cinéma. Le cinéma m’a appris plein de choses, m’a montré des endroits que j’ignorais, des rapports sociaux que j’ignorais, m’a montré ce que c’était que les femmes, le corps des femmes, comment séduire les femmes, comment leur parler.

Quand vous perdez votre frère aîné, deux choses vous arrivent simultanément : vous devenez le fils unique, et vous héritez de la couronne de l’aînesse, puisque vous êtes le fils unique – et vous voyez tout le désagrément, toute la lourdeur de cette couronne.

Trump, c’est une aberration historique. La droitisation de l’Europe est une aberration historique. Je suis livré à ma propre inquiétude.

L’idée, c’est d’échapper aux contraintes, aux contraintes d’une structure américaine, aux contraintes esthétiques – le grand ciel, qu’on a vu quand même beaucoup de fois. Il vaut mieux fabriquer son outil de cinéma, ça nous est apparu très vite.

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......