LE DIRECT
Javier Cercas à la Maison des Amériques pour un séminaire sur : 'Vargas Llosa: Cultura, Ideas Y Libertad', 2016

Javier Cercas, l’Europe, la seule utopie raisonnable

27 min
À retrouver dans l'émission

De la guerre d'Espagne à la Catalogne, en passant par la crise de 2008, quelles possibilités pour l'utopie européenne? Javier Cercas, écrivain espagnol, est l'un des invités de cette Semaine Europe autour de son dernier ouvrage : "Le monarque des ombres" (Actes Sud, 2018).

Javier Cercas à la Maison des Amériques pour un séminaire sur : 'Vargas Llosa: Cultura, Ideas Y Libertad', 2016
Javier Cercas à la Maison des Amériques pour un séminaire sur : 'Vargas Llosa: Cultura, Ideas Y Libertad', 2016 Crédits : Carlos R. Alvarez - Getty

L’Europe, seule utopie raisonnable pour le romancier espagnol catalan Javier Cercas. Auteur de Le monarque des ombres (Actes Sud, 2018), où il nous raconte l’histoire de son grand-oncle maternel -Manuel Mena - mort en 1938 sous l'uniforme franquiste, chroniqueur au journal El País, il revient sur ce qui fait culture commune aujourd’hui et sur la nécessité de réinventer un grand récit européen fondé sur autre chose que le grand marché. Description d'une utopie dont l'alternative serait la barbarie, soit la destruction même de l'Europe.

Je crois que l’Europe unie est la seule utopie raisonnable que nous Européens ayons inventée.            
(Javier Cercas)

Aujourd'hui selon lui, ce projet d'une Europe unie est soumis au danger d'une "internationale antinationale" populiste autant qu'à notre incapacité d'avoir fait de l'Europe un projet réellement populaire, cela au profit d'une élite à l'origine de sa fondation.

Javier Cercas revient également sur les fables autour de la Catalogne et de l'Espagne, montrant que,  au fond, le problème n'est pas tant espagnol ou catalan qu'Européen, conséquence de la crise de 2008 dont on ressent toujours les effets, de l'élection de Donald Trump aux nationaux populismes et au Brexit.

La littérature européenne existe depuis toujours. C’est en France et en Angleterre qu’on a compris Cervantès. [...] Ce qui n'existe pas aujourd’hui, c'est un système littéraire européen.            
(Javier Cercas)

Enfin, en se ressaisissant de son propre passé par le biais de son histoire familiale, Javier Cercas apprend à connaître cet héritage franquiste, non pour le justifier, mais pour le comprendre et éviter de répéter les mêmes erreurs. 

On ne peut pas se défaire de son héritage. Ma famille est moi-même, je suis ma famille. On ne peut pas se défaire de son « mauvais » héritage.        
(Javier Cercas)

Extraits sonores :

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......