LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La revanche de la géographie

28 min
À retrouver dans l'émission

Lectures de l'essai de Michel Lussault, « L’Avènement du monde : Essai sur l’habitation humaine de la terre » (éditions Le Seuil)

Avec :

Magali REGHEZZA

Patrick BOUCHERON

Matthieu POTTE-BONNEVILLE

Magali Reghezza : « Quand on parle de mondialisation, la plupart du temps on se réfère à ce que nous, géographes, appelons la globalisation, c’est-à-dire cette phase du capitalisme actuel qui s’est affranchi des frontières des états. […] Mais pour un géographe, la mondialisation c’est autre chose : ça n’est pas qu’une acception économique, mais c’est véritablement ce que dit Michel Lussault « l’avènement du monde », d’une entité « monde ». Il faut revenir au problème de la distance : les lieux sur la planète ne sont pas les uns sur les autres, ils sont distants physiquement. Cette distance représente un problème parce qu’elle a un coût technique, humain, environnemental. Or, du fait des progrès techniques, cette distance a pu être dépassée, de sorte qu’aujourd’hui on peut aller toujours plus loin, toujours plus vite et à moindre coup. […] Du coup, cette planète devient un lieu unique. […] La terre et la planète coïncident avec le monde. Ça a des conséquences pour les scientifiques, parce que nous avons aujourd’hui une nouvelle échelle pour penser le monde. »

Patrick Boucheron : « Je trouve que c’est un livre très vigoureux, très dynamique, qui a le mérite de faire front à un certain ton apocalyptique. […] Lui, il prend position pour ce que j’appellerais une mondialisation heureuse. […] C’est un certain rapport au monde qui est celui des pays développés et des habitus universitaires. […] Il pense que l’urbanisation en est le premier vecteur. »

Matthieu Potte-Bonneville : « La force de ce livre est de poser la question de ce qui diffère aujourd’hui assez radicalement d’hier. Et de poser la question en des termes contemporains et non nostalgiques. […] Le livre s’ouvre comme le livre d’Hannah Arendt qui s’appelle « Conditions de l’homme moderne » […] La différence est que là où Hannah Arendt voyait de l’inquiétude, une forme de perte du monde, Lussault considère cet arrachement-là comme une manière de ressaisir le monde dans sa globalité comme un tout, un véritablement « avènement ». Il y a un double effort dans ce livre pour d’une part prendre acte de ce qu’il y a de neuf aujourd’hui dans l’interconnexion généralisée et d’autre par pour ne pas rapporter cet état à un état antérieur qu’il nous faudrait regretter. »

Sons diffusés :

  • Archive de Michel LUSSAULT dans « La suite dans les idées » 20.04.13 (deux extraits)

  • Extrait du film « Mondovision » de Giovanni Sample

  • « Fuego » interprété par Bomba Estereo

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du 02.05.13 intitulée « Ophélie GAILLARD et Bernard SEVE », cliquez ici.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......