LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
László Nemes pose pour le film "Sunset", en compétition en septembre 2018 à la Mostra de Venise.

László Nemes, à l’Est, l’Europe vacille, le Cinéma revit

27 min
À retrouver dans l'émission

László Nemes, cinéaste, est l'invité de la Grande table autour de son dernier film, "Sunset" (Ad Vitam, en salles le 20 mars), destin d’une femme à la veille de la Grande Guerre, entre histoire familiale et Histoire. Car, à l’Est, quand l’Europe vacille, le Cinéma revit.

László Nemes pose pour le film "Sunset", en compétition en septembre 2018 à la Mostra de Venise.
László Nemes pose pour le film "Sunset", en compétition en septembre 2018 à la Mostra de Venise. Crédits : Alberto PIZZOLI / AFP - AFP

Après Le Fils de Saul (2015), Grand Prix du Jury à Cannes puis Oscar du meilleur film étranger en 2016, László Nemes, réalisateur hongrois, nous emporte à nouveau avec Sunset, son deuxième long-métrage, en salles mercredi 20 mars 2019. Une quête dans le Budapest des années 1910, dans un monde au bord du chaos. 

Après un premier film se situant à Auschwitz, où l’on suivait Saul, membre d’un Sonderkommando qui, dans sa folie, tentait de sauver le corps promis au crématorium de celui qu’il pensait être son fils pour lui offrir une vraie sépulture, on s’attache cette fois au destin d’une femme dans l’empire austro-hongrois...

L’héroïne, Iris Leiter, a perdu ses parents dans l’incendie du célèbre magasin de chapeaux qu’ils avaient fondé. Adulte, elle retourne sur les traces de son passé, apprend l’existence d’un frère qu’elle tente de retrouver et qui aurait basculé du mauvais côté… Autour d’elle, le monde s’agite et se fissure, avant de sombrer.

Comme le souligne Olivia Gesbert, chez László Nemes, les petites histoires, les trajectoires personnelles, sont souvent une porte d'entrée vers la grande histoire.

Je voulais faire un film sur comment est né le XXe siècle. Je réfléchis beaucoup au destin de ce siècle et je crois que ces événements incroyables, la première et la seconde guerre mondiale ont beaucoup déterminé la suite, notre présent, mais notre avenir aussi. Ce qui m'intéresse, c'est de savoir comment une civilisation au sommet de sa puissance dans ce bouillonnement incroyable de culture, d'art, de pensée et de technologie préparait déjà son autodestruction. László Nemes

Pour ce qui est des images, et notamment du cadrage, le dispositif est similaire à celui que le réalisateur avait employé dans Le fils de Saul, dispositif qui avait marqué les esprits par son originalité et sa pertinence. La caméra, qui semble en immersion totale, suit le personnage principal de près, en l’occurrence Iris Leiter dans Sunset. 

Iris est éblouissante et éblouie par la lumière de ce monde, mais elle a aussi une dimension beaucoup plus obscure. László Nemes

Le réalisateur explique sa démarche :

J'essaie de faire vivre de manière viscérale le spectateur une expérience. Le manque de compréhension du personnage principal, son immersion dans un labyrinthe incompréhensible est quelque chose que l'on peut faire ressentir au spectateur par la limitation. László Nemes

On ne peut pas avoir cette vision de carte postale, de vision surplombante du monde telle que les films nous la communiquent par les codes et les conventions. On est beaucoup plus réduits, et c'est ce que j'ai essayé de communiquer dans ce film. László Nemes

Extraits sonores:

  • Bande annonce de Sunset (László Nemes, 2019)
  • Béla Tarr (France Culture, Par les temps qui courent, 22/11/2018)
  • Max Ophüls sur la télévision (RTF, 1950)

Bibliographie

"Sunset" (Ad Vitam, 2019)

SunsetLászló NemesAd Vitam, 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......