LE DIRECT
Deep mirror (yellow)

Le château d’eau et de lumière d’Olafur Eliasson

29 min
À retrouver dans l'émission

Le château de Versailles accueille cet été, comme depuis huit ans, un grand nom de l’art contemporain. Olafur Eliasson investit les lieux en y installant de grandes œuvres ludiques sur son thème de prédilection : les éléments naturels.

Deep mirror (yellow)
Deep mirror (yellow) Crédits : 2016 Olafur Eliasson / Photo: Anders Sune Berg

Depuis 2008, le Château de Versailles invite chaque année un artiste français ou étranger à investir les lieux. Après Jeff Koons, Takashi Murakami ou encore Anish Kapoor, carte blanche a été donnée cette année à l’artiste danois Olafur Eliasson. A l’intérieur du château ou dans les jardins, cet « artiste écologiste » propose de grandes installations ludiques – une immense cascade installée dans le grand canal, un brumisateur géant ou des jeux optiques et de lumière qui interagissent avec les miroirs dans les salles du Château… - et poursuit ainsi son travail sur les phénomènes naturels. Une seule chose importe à Olafur Eliasson : que les spectateurs s’emparent de ses œuvres et puissent vivre une expérience sensible grâce à elles.

Waterfall, Olafur Eliasson 2016
Waterfall, Olafur Eliasson 2016 Crédits : Photo: Anders Sune Berg

Installé depuis une vingtaine d’années à Berlin, Olafur Eliasson s’est fait connaître du grand public en 2003 avec l’installation d’un immense soleil artificiel au sein du grand hall de la Tate Modern à Londres. En 2008, il conçoit une cascade géante sous le pont de Brooklyn à New-York. En décembre dernier, à l’occasion de la COP 21, il installait douze glaciers géants venus du Groenland en plein Paris, sur la place du Panthéon, pour alerter sur le réchauffement climatique.

Olafur Eliasson au Château de Versailles, du 7 juin au 30 octobre 2016.

Glacial rock flour garden, Olafur Eliasson 2016
Glacial rock flour garden, Olafur Eliasson 2016 Crédits : Photo: Anders Sune Berg
Solar compression, Olafur Eliasson 2016
Solar compression, Olafur Eliasson 2016 Crédits : Photo: Anders Sune Berg
Your sense of unity, Olafur Eliasson 2016
Your sense of unity, Olafur Eliasson 2016 Crédits : Photo: Anders Sune Berg

Sons diffusés :

  • "Words are dead", Agnes Obel
  • La Peinture - 2ème air pour quatre peintres et deux valets, Jean-Baptiste Lully
  • "So mild the wind so meek the water", Jan Garbarek 

___

(Ré)écoutez ici la deuxième partie de l'émission sur la post-démocratie, avec le professeur de sciences politiques Yves Sintomer.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......