LE DIRECT

Le cinéma français se porte-t-il bien ?

29 min
À retrouver dans l'émission

Un an après la polémique déclenchée par Vincent Maraval, producteur-distributeur, un nouveau rapport rendu le 8 janvier propose 50 pistes pour le financement du cinéma français. Le rapport a été écrit par René Bonnell producteur (Octave Films) qui a notamment participé au lancement de Canal avant d'occuper de janvier 2000 à décembre 2004, le poste de Directeur de la stratégie des programmes et Conseiller du Président de France Télévisions. Il a également été Délégué Général de la Chambre syndicale des Producteurs devenue l’Association des Producteurs de Cinéma.

Pour discuter de la santé du cinéma en France, Raphaël Bourgois reçoit :

Juliette Prissard , déléguée générale du Syndicat des Producteurs Indépendants.

Pierre Gras , critique, auteur de l’essai L’Economie du cinéma (éditions des Cahiers du cinéma) et chargé de cours en cinéma à Paris-III et Paris-VII.

Lucas Belvaux , réalisateur, participant à Le cinéma français se porte bien , film sorti en salles le 22 janvier

Pierre Gras, Juliette Prissard et Lucas Belvaux
Pierre Gras, Juliette Prissard et Lucas Belvaux Crédits : CB - Radio France

Lucas BELVAUX : « A titre personnel, je n’ai pas eu trop de mal pour produire mes films mais c’est globalement qu’il y a un problème. L’économie du cinéma c’est deux économies celle du marché et celle plus encadrée qui soutient les films d’auteurs, jusque là, les deux ont fonctionné côté à côte mais aujourd’hui les deux s’éloignent et les écarts se creusent. »

Juliette PRISSARD : « Les producteurs du SPI sont en large partie des producteurs de cinéma d’auteur qui est en difficulté dans les salles mais sur les écrans de télévision aussi. Aujourd’hui même de grandes signatures ne trouvent plus de diffuseurs, c’est tout le secteur qu’il faut repenser. »

Pierre GRAS : « Il y a une bipolarisation de la production et une concentration des budgets, 50 des 200 films produits par an regroupent 2/3 des financements. Et les autres films ont de plus en plus de mal à accéder aux écrans et, depuis l’arrivée du numérique, à rester dans la longueur sur les écrans. »

Dans la Petite minute de Thibaut Sardier : Une Faille, feuilleton théâtral mis en scène par Bruno Geslin qui entame la deuxième saison au Nouveau théâtre de Montreuil, à découvrir jusqu'au 15 février.

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Poursuivez votre écoute de la Grande table en cliquant ici.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......