LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Didier Sandre dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mise en scène par Hans Peter Cloos le 13 février 2007 au Théâtre de la Madeleine

Le coup de dés du poète

26 min
À retrouver dans l'émission

Avec le comédien Didier Sandre, pensionnaire de la Comédie Française, pour la lecture de la "Correspondance" de Stéphane Mallarmé, le 12 mars à l'occasion du Printemps de Poètes

Didier Sandre dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mise en scène par Hans Peter Cloos le 13 février 2007 au Théâtre de la Madeleine
Didier Sandre dans "La Danse de mort" d'August Strindberg, mise en scène par Hans Peter Cloos le 13 février 2007 au Théâtre de la Madeleine Crédits : Pierre Verdy - AFP

Le comédien Didier Sandre lit des extraits de la Correspondance de Stéphane Mallarmé, à l'occasion du Printemps des Poètes le 12 mars 2019. Des lettres où la difficulté d'écrire est souvent abordée, autant que l'amitié et la vie comme elle va, la mort d'un fils, ou un concert de Debussy ...

Didier Sandre évoque d'abord l'importance de la poésie pour le comédien : 

En tant qu’acteur, je m’accorde une légitimité d’interprète quand j’ai à dire des phrases qui ont à voir avec la poésie. (..) J’ai besoin d’une matière textuelle pour légitimer un désir d’interprétation. 

Ce désir remonte pour lui à l'enfance et au plaisir qu'il prenait à réciter des textes, ainsi qu'à l'intérêt qu'il portait, adolescent, pour les lectures de grands acteurs.

C'est aussi le secret renfermé par la poésie qui attire Didier Sandre. Pour lui, aimer la poésie, ce n'est pas nécessairement la comprendre. 

Il ne s'agit pas de comprendre. Il s'agit de s'abandonner au texte : s'abandonner au sens, bien sûr, mais s'abandonner aussi à la musique du texte, au souffle, à l'élan. Et c'est souvent en s'abandonnant avec cet élan là, avec cette confiance, que, par boomerang, le sens vous revient.

Plus généralement, Didier Sandre évoque aussi son rapport aux livres, qui se concentre sur quelques ouvrages qu'il lit souvent, et qui gardent pour lui toujours une part de mystère.

Il en vient ensuite à la Correspondance de Mallarmé, qui paraît le 28 mars 2019 (Gallimard). Ces lettres lui permettent d'entretenir un rapport plus intime et plus quotidien avec le poète, qui contraste avec son style perfectionné : 

Quand on lit les lettres, on a l’impression de rencontrer l’intimité de la personne. Il y a une présence humaine, sensorielle, sensible, qui contraste beaucoup avec la recherche de la forme pure.

La lecture de Didier Sandre aura lieu le 12 mars 2019 à la Fondation de la Poste à Paris, à 19h.

Le site du Printemps des Poètes avec le programme complet : 

https://www\.printempsdespoetes\.com/Edition\-2019

Extraits sonores :

  • Paul Claudel à propos de la radiophonie et de la poésie, diffusé dans l'émission "Théma : Archipel Claudel" le 25 juillet 2005 sur France Culture
  • Denis Podalydès sur la poésie dans une masterclasse sur France Culture le 22 août 2017
  • Extrait du Prélude de l'après-midi d'un faune de Claude Debussy, dirigé par François-Xavier Roth
  • Jean-Pierre Richard sur Mallarmé, le 12 janvier 1977 sur France Culture

Bibliographie

Intervenants
  • Comédien, sociétaire de la troupe de la Comédie-Française
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......