LE DIRECT
Alain Cavalier en novembre 2009

Le requiem d’Alain Cavalier

27 min
À retrouver dans l'émission

Filmer la mort, le deuil et l'amitié. Deux ans après la disparition de la scénariste Emmanuèle Bernheim, il lui adresse cette prière. Alain Cavalier nous parle de son film hommage, «Être vivant et le savoir», en salles aujourd’hui.

Alain Cavalier en novembre 2009
Alain Cavalier en novembre 2009 Crédits : FRANCOIS LO PRESTI - AFP

Etre vivant et le savoir, à la manière de Faulkner. Un film requiem présenté hors compétition au Festival de Cannes. A l'origine, Alain Cavalier souhaitait adapter Tout s’est bien passé, le roman où son amie Emmanuèle Bernheim raconte l'envie de son père d’en finir après un accident vasculaire. Elle jouerait son propre rôle, lui serait le père. Le projet ne verra jamais le jour à cause du cancer de l’auteure. Alors, en guise de résultat, un documentaire qui raconte l’histoire d’un film avorté, d’une femme courageuse et d’un cinéaste qui s’interroge sur la mort. 

J’ai cessé de la filmer quand elle est tombée sérieusement malade. […] Je l’ai filmée jusqu’au moment où je croyais qu’elle s’en sortirait et que le film vivrait.                      
(Alain Cavalier)

Après des fictions "classiques" à la fin des années 1960 et des couples mythiques (Jean-Louis Trintignant et Romy Schneider pour Le Combat dans l’île, 1961), Alain Cavalier connaît son premier succès public avec Mise à sac (1967) et La Chamade (1968), drame bourgeois adapté du roman de Françoise Sagan.

Il revient ensuite avec une série de films qui expérimentent une autre façon de faire du cinéma : Le Plein de super (1976), road movie coécrit avec les acteurs à partir de leurs expériences propres, puis Martin et Léa (1978) où le couple incarné à l'écran est aussi un couple dans la vie.  Réduisant son équipe technique, il arrive progressivement au documentaire, de sa propre vive notamment. Depuis Ce répondeur ne prend pas de message (1979), son œuvre prend la forme du journal intime, entre artisanat et écriture de l'intériorité. 

Je trouve le cinéma d’une pudeur absolument désolante. Dans toute la vie humaine, il y a des choses interdites à la caméra. [...] On se contente  de ce qu'on peut toucher, de ce qu'on nous permet de filmer. A côté de  la vie, ce n'est rien.                    
(Alain Cavalier)

Présence et disparition des corps, improvisation et authenticité, intime et deuil... Etre vivant et le savoir, dans sa manière de filmer la mort, pourrait bien être le meilleur moyen de déjouer le passage du temps, entre scènes de nature morte, courges en décomposition et pommes de terre fleurissantes. 

Les bêtes, les légumes, les objets… ça fait partie du quotidien [...]  C’est d'une banalité que je voudrais exquise : on vit, un jour on meurt…              
(Alain Cavalier)

Extraits sonores : 

  • Etre vivant et le savoir (Alain Cavalier, 2019)
  • Les Glaneurs et la Glaneuse (Agnès Varda, 1999)
  • Jonas Mekas (France Culture, Par les temps qui courent, 29/01/2018)
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......