LE DIRECT
Miquel Barceló dans son atelier à Paris, le 23 mars 2013

L'empreinte moderne de Miquel Barceló

28 min
À retrouver dans l'émission

Miquel Barceló interroge par son travail le dialogue entre préhistoire et modernité, entre peinture, dessin, sculpture et céramique. A l'occasion de l'exposition "Préhistoire, une énigme moderne" au centre Pompidou il réalise une fresque murale en argile sur les verrières du musée.

Miquel Barceló dans son atelier à Paris, le 23 mars 2013
Miquel Barceló dans son atelier à Paris, le 23 mars 2013 Crédits : Martin Bureau - AFP

L'exposition "Préhistoire, une énigme moderne" revient sur la fécondité d’une rencontre, celle de la préhistoire avec l’art moderne. A l’ouverture des grottes, une génération d’artistes découvre l’incroyable modernité des peintures pariétales : Chauvet, Lascaux, Altamira... Des images et des représentations qui vont nourrir les imaginaires, consciemment ou inconsciemment, de Pablo Picasso, Joan Miró, Alberto Giacometti, Yves Klein, Nikki de Saint Phalle, jusqu’aux plus contemporains, comme l’Italien Giuseppe Penon, le Français Pierre Huyghe ou encore notre invité, Miquel Barceló.

L'artiste espagnol a été membre du comité scientifique chargé de la reproduction de la grotte Chauvet. Il fait aussi partie des rares personnes a avoir pu visiter la grotte et à admirer directement les figures inscrites sur la pierre depuis plusieurs dizaines de milliers d'années.

La grotte Chauvet, c'est la plus grande découverte artistique de ce dernier millénaire. Je pense qu'on n'est pas encore conscients de l'importance de cette découverte.

Enfant de Majorque, Miquel Barceló étudie au Beaux-Arts de Barcelone, rencontre l'art brut à Paris, puis les couleurs de l'Afrique, où il rayonne depuis le Mali. A la fin des années 2000, il réalise notamment le décor mural de la chapelle de la cathédrale de Palma de Majorque puis la coupole du Palais des Nations de l'ONU à Genève, composée de plusieurs stalactites multicolores.

Son oeuvre emprunte plusieurs éléments à l'art pariétal, de la composition des pigments et des matériaux jusqu'à sa conception de l'oeuvre d'art elle-même. Miquel Barceló cherche souvent à reconstituer l'effet de grotte dans son travail, et entretient un rapport naturel à la matière, en jouant sur la toile avec les crevasses, les dessèchements,  les pigments naturels, jusqu'à la céramique qu'il fabrique lui-même à base d'argile. Pour lui, la préhistoire est aussi moderne que n'importe quelle autre période de l'histoire de l'art.

Où est la modernité ? Si je peins une tête de bison sur une surface gondolée, il n’y a pas de différence. Pour moi, l’art d’il y a 36 000 ans est aussi moderne que l’art d’aujourd’hui.

L'exposition "Préhistoire, une énigme moderne" se tient jusqu'au 19 septembre au Centre Pompidou.

Extraits sonores :

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......