LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Parasite" - Bong Joon-ho

Les deux Corées de Bong Joon-ho

27 min
À retrouver dans l'émission

On referme la parenthèse cannoise avec un thriller social et plein d’humour noir, celui du Coréen Bong Joon-ho, en sélection officielle pour "Parasite". Une symbiose impossible entre deux familles de milieux différents et une "tragicomédie" sur les parasites ordinaires.

"Parasite" - Bong Joon-ho
"Parasite" - Bong Joon-ho Crédits : The Jokers / Les Bookmakers

Précision du 25 mai. Le film Parasite de Bong Joon-ho a obtenu la Palme d'or 2019 du festival de Cannes.

Après la polémique qui accompagnait la sortie d'Okja (2017), son film Netflix  présenté à Cannes il y a deux ans, le réalisateur de Memories of Murder (2003) est de retour chez lui, en Corée du Sud, avec Parasite, un film mordant sur le déterminisme social, les inégalités et l'absence de solidarité.

Dans son septième long-métrage, Bong Joon-ho met en scène la rencontre entre deux familles. La première, beaucoup plus pauvre, va entrer au service de l'autre. Une arnaque royale sur fond de débrouille et d'urgence de vivre dans un monde où chacun est assigné à sa classe et condamné à ne pouvoir en sortir. Une tragicomédie forte, tendre et piquante.

Bien que l'idée du film lui soit venue dès la fin du tournage de Snowpiercer (2013), Parasite sonne comme un retour aux sources pour le cinéaste qui privilégie cette fois-ci une distribution sud-coréenne et une intrigue ancrée dans la culture de son pays, après deux productions internationales.

C'est d'abord un film sur la famille qui est proposé ici. Par la description de deux familles, parfaitement symétriques dans leur composition (un père, une mère, une sœur et un frère), mais diamétralement opposées par leur niveau de vie, Bong Joon-ho joue de ce contraste et mène une réflexion sur le statut de la structure familiale à l'époque moderne : 

Je ne raconte pas des histoires de famille à la Walt Disney, mais dès qu’on a un gouvernement qui ne peut pas protéger les citoyens, il n’y a que la famille sur laquelle on peut compter.

Avec cette opposition, Bong Joon-ho donne aussi à voir les inégalités criantes d'une société coréenne fracturée, où la solidarité disparaît progressivement.

On en est venus à vivre dans une société où la solidarité est devenue très difficile. Pour être solidaire, il faut un ennemi. Aujourd’hui, il est très difficile de savoir ce qu’est un ennemi.

Parasite sort en salle le 5 juin 2019.

Dans la première partie de cette émission, Antoine Guillot est revenu pour son avant-dernier journal de Cannes sur l'éthique du festival et son empreinte écologique.

Extrait sonore : 

  • Bande-annonce de Parasite de Bong Joon-ho (2019)
Chroniques
12H03
3 min
Le journal du Festival de Cannes
Derrière le glamour, le gâchis
Intervenants
  • réalisateur
  • journaliste, critique de cinéma et de bandes dessinées, producteur de l'émission "Plan large" sur France Culture
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......