LE DIRECT

"Lincoln" : le compromis sans se compromettre ?

28 min
À retrouver dans l'émission

A partir du film Lincoln de Steven Spielberg.

Avec Sylvie LAURENT , Eric FASSIN et Pascal BLANCHARD.

Sylvie Laurent : « Ce film n’est pas une biographie, pas plus que le livre dont il est sensé être l’adaptation. Sa focale est un peu limitée. On a un regard très pointu sur quelques mois, qui sont sensés être la métonymie de toute la période historique dont il est question. Pourtant, ce n’est pas très digeste. On est après la réélection de Lincoln, qui a décidé en 1863 d’émanciper les esclaves en espérant qu’ils rejoignent l’Union. Il veut s’assurer que la loi soit votée avant de perdre les pleins pouvoirs.

Le film nous montre la façon dont les arcanes de la vie parlementaire permettent ou non de voter de telles lois. Lincoln doit négocier entre les radicaux et les modérés. Ce film raconte, entre la Chambre des représentants et la maison, la façon dont Lincoln, entre cynisme et idéalisme, fait voter la loi.

Il convient de faire deux réserves. La première est esthétique : le film ressemble beaucoup à du théâtre filmé. Mais surtout, il faut se demander ce qu’il nous apporte de nouveau sur le regard que l’Amérique porte sur cet épisode. On est toujours dans la célébration des grands mythes nationaux, mais il n’y a aucun décentrage. L’histoire américaine n’est pas une histoire vue d’en haut : ce n’est pas l’histoire d’un homme, pourtant c’est ce que le film fait croire. En réalité, il y eut des groupes de pression, et une multitude d’autres acteurs. Le problème, c’est donc que le film donne le sentiment que Lincoln a sauvé l’Amérique d’elle-même. On est un peu la main sur le cœur, or, Lincoln est l’homme des aspérités, jusqu’au dernier moment, on ne sait pas ce qu’il veut. »

Eric Fassin : « Il y a d’un côté le film historique, et de l’autre celui qui nous parle d’aujourd’hui. Faire de la politique, c’est une activité noble, mais en même temps, il faut se salir les mains, non pour damner son âme, mais pour la sauver. C’est une figure quasi religieuse de Lincoln qui nous est montrée. On voit l’importance de la parole, qu’elle soit privée avec les anecdotes racontées par Lincoln, ou la parole publique. C’est aussi une célébration du pragmatisme politique : au fond, il ne faudrait pas croire que les idéalistes purs sont ceux qui font triompher l’idéal. L’idéal est porté par quelqu’un qui incarne le pragmatisme sans que ce soit une compromission. A l’opposé, l’importance de Stevens est sous-estimée : c’est seulement grâce à Lincoln qu’il peut entrer dans l’histoire, car il accepte de faire des compromis. Cela résonne évidemment avec Bill Clinton et Barack Obama, contre ceux qui pensent que le pragmatisme est un renoncement. »

Pascal Blanchard : « Ce n’est pas un grand film, mais un film qui peut raconter un point d’histoire. Lincoln , mais aussi Django Unchained , sontdeux films qui permettent de parler de l’histoire de l’esclavage. Cela nous donne une leçon : on a été incapable en France de faire des films sur l’esclavage, car c’est tabou chez nous. Dans le film de Spielberg, on voit la rencontre avec l’Histoire, l’idée que dans l’imaginaire collectif, l’abolition n’est pas une fin en soi. Certes, il faut faire des compromis, mais il faut aussi aller au bout de ses idées politiques. De ce point de vue, Lincoln est aussi pris par les deux côtés de la lorgnette.

Un réalisateur, ce n’est pas un historien. Spielberg donne l’impression de respecter l’histoire, mais en même temps, il fabrique une mythologie. Mais n’est-ce pas ce qu’on attend de tels films ? »

Sons diffusés :

  • Bande-annonce de Lincoln .

  • Barack Obama sur CBS le 27 juillet 2011.

  • Glenn Miller, “When Johnny comes marching home”.

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du 4 février intitulée « Entretien avec la soprano Véronique Gens », cliquez ici.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......