LE DIRECT
Joan Miró à Palma

Miró, la constellation

27 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de l'exposition Miró au Grand Palais, du 3 octobre 2018 au 4 février 2019, rétrospective de l'oeuvre du peintre catalan, la Grande Table reçoit Jean-Louis Prat, commissaire de l'exposition et Adrien Goetz, historien de l'art et auteur du roman "Les Constellations de Varengeville".

Joan Miró à Palma
Joan Miró à Palma Crédits : James A. Sugar - Getty

Le Grand Palais, après une première exposition de Joan Miró en 1974, offre une nouvelle fois l'occasion d'explorer à travers une riche rétrospective l'évolution technique et stylistique de ce "catalan international" comme il aimait lui-même se définir. Sur 70 ans de création, des années 1915 à 1983, ce ne sont pas moins de 150 œuvres qui sont exposées, accompagnées de poèmes de Louis Aragon, Max Jacob, René Char ou encore Tristan Tzara. Miró écrivait d'ailleurs : "Je ne fais aucune différence entre peinture et poésie".

Le commissaire de l'exposition, Jean-Louis Prat qui a connu Joan Miró, et l'historien de l'art et romancier Adrien Goetz qui fait paraître Les Constellations de Varengeville aux  éditions RMN-Grand Palais, en référence à la série de 23 tableaux que Miró a dédiée au ciel de ce village de Normandie, parlent de cet artiste si singulier.

Jean-Louis Prat aime à rappeler que Joan Miró était un artiste impossible à étiqueter, il n'était ni un peintre pour enfant, ni un surréaliste.

Même André Breton avait pensé que la personnalité de Joan Miró était restée dans un stade presque enfantin et je dirais qu'il y a eu une erreur là-dessus. Enfin, bien sûr on peut l'analyser de cette façon-là, mais c'est faux. Miró n'a jamais voulu faire partie du groupe surréaliste. Il ne s'est pas laissé embarquer par le diktat d'André Breton. Il était libre. Jean-Louis Prat

Peintre qui ne rêvait que le jour, Miró a par la couleur bleue - "la couleur des ses rêves", de la mer Méditerranée ou encore du ciel d'Espagne et de Varengeville - inspiré la fiction en musique d'Adrien Goetz dans Les Constellations de Varengeville, qui présente la rencontre entre le jeune Guilem et le pianiste Alain Planès. Ce dernier confie au jeune homme des histoires sur l'art et la personnalité de Miró qu'il avait rencontré à Majorque. 

_La voix de Miró [...], elle m'est parvenue à travers ce qu'Alain Planès, qui a l'oreille absolue, m'a raconté et retranscrit. Donc j'ai dans ce livre, qui est une fiction, prêté beaucoup de propos à Planès. Je l'ai souvent entendu raconter Miró, il est allé chez lui , il l'a connu. Planès était jeune, Mir_ó était déjà très âgé mais très vif. Adrien Goetz 

Diffusé sur Arte, le documentaire Feu intérieur d'Albert Solé Bruset, immersion dans le monde de Miró et de son rapport à l’art, est encore disponible en ligne jusqu'au 20 octobre 2018.

Bibliographie

Les constellations de Varengeville

Les constellations de VarengevilleAdrien Goetzéditions Rmn-Grand Palais, 2018

Intervenants
  • Historien de l'art, journaliste et écrivain, maître de conférences à l'université Paris 4-Sorbonne et membre de l'Académie des Beaux-Arts
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
À venir dans ... secondes ...par......