LE DIRECT
Edmund Kemper, est un tueur en série américain accusé de 10 meurtres dont celui de sa propre mère. Wikipédia

Dans la tête du tueur en série

28 min
À retrouver dans l'émission

N'en déplaise aux amateurs de cinéma et de séries télévisées, ils ne ressemblent pas aux "héros" du Silence des agneaux, de Seven ou de Dexter. Ils sont beaucoup plus proches de nous. Ce sont des êtres ordinaires dont certaines facultés et tentations ont été poussées à l'extrême.

Edmund Kemper, est un tueur en série américain accusé de 10 meurtres dont celui de sa propre mère. Wikipédia
Edmund Kemper, est un tueur en série américain accusé de 10 meurtres dont celui de sa propre mère. Wikipédia

J’ai maintenant interrogé 75 tueurs en série depuis 1979 et je m’apprête à nouveau à en interroger un certain nombre. […] Ils sont ancrés dans le temps présent. Ce sont des individus qui sont totalement vides, creux. Ils sont en majorité des psychopathes. […] Il y a à peu près 15% de tueuses en série. Elles tuent toujours quelqu’un dans leur environnement proche. C’est typiquement les veuves noires, des infirmières de la mort ou des mères de famille qui tuent leur progéniture. […] Et le titre du dossier de Books, « Dans la tête du tueur en série », est tout à fait adéquat, car il faut savoir que dans la majorité des cas, le tueur en série (masculin) et sa victime ne se connaissent pas. Donc le crime peut apparaître comme tout à fait gratuit. Et pour comprendre et pouvoir interpeller ces individus (lorsqu’on n’a pas d’ADN), il faut chercher le mobile dans la tête des tueurs en série. D’où l’intérêt de pouvoir les rencontrer pour comprendre comment ils ont organisé leur série criminelle, comment ils ont commis leur acte, comment ils ont tenté d’échapper aux autorités. Toute cette connaissance a permis d’élaborer aujourd’hui des bases de données informatiques. Stéphane Bougoin 

J’ai été fasciné par les chiffres donnés dans le dossier de Books. Quinze américains chaque jour sont assassinés par quelqu’un qui les tue par plaisir et qui ne les connaissait pas. Ça veut dire que 5000 américains par an mourrait sous les coups d’un tueur en série. Un autre chiffre est celui de 1% de la population qui appartiendrait à une catégorie de psychopathes infracliniques. Même si tous ne passent pas à l’acte, ce chiffre est élevé. Hervé Le Tellier 

Le tueur en série tue sans choisir. Ça peut être n’importe qui. Or ce n’importe qui est aussi la cible de la télévision et de la série : l’information moderne s’adresse à n’importe qui. Donc, le tueur en série et la télévision ont la même cible. C’est comme cela qu’il y a une sorte de concomitance entre la presse et le tueur en série (qui se sont mutuellement encensés). […] […] Une autre chose : il y a un personnage qui est systématiquement oublié, c’est la victime. […] Pour moi, c’est elle le personnage important. Tobie Nathan 

Sons diffusés :

  • « Chroniques criminelles » de Jacques Expert sur France Info le 23 juillet 2012
  • « M le Maudit » de Fritz Lang
  • Extrait de « La Cité de la peur » d’Alain Berbérian
  • « Serial Killer » interprété par Lana del Rey

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

*Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du 07.05.13 intitulée « Retour sur l’œuvre de Casanova », cliquez ici. *

Intervenants
À venir dans ... secondes ...par......