LE DIRECT

Patti SMITH

30 min
À retrouver dans l'émission

Patti Smith à la Grande table
Patti Smith à la Grande table Crédits : Radio France

Pour ses 30 ans, la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain a décidé de réunir, le jeudi 23 octobre 2014, ces deux illustres artistes que sont Patti Smith et John Cale pour un concert unique. Leur rencontre remonte à 1975, date à laquelle John Cale produit Horses , le tout premier opus, album culte, de Patti Smith. C'est la première fois qu'ils se rejoignent sur scène.

Patti Smith participera aussi à l’exposition « Les habitants » sur une idée de l’artiste argentin Guillermo Kuitca, qui mettra en scène un réseau de relations entre leurs œuvres et qui commencera à la Fondation Cartier ce samedi.

Autant d'occasions pour Caroline Broué de vous faire partager une rencontre exceptionnelle avec la chanteuse, musicienne et poétesse américaine.

"Horses c'est une combinaison de tout ce que je suis, ce n'est pas un album du temps présent mais un album qui retrace mon évolution, mon développement personnel, la manière dont j'ai fait fusionner le rock et la poésie. C'était la première fois que je rassemblais des idées qui m'habitaient depuis mon adolescence. Par exemple la phrase : "Jésus est mort pour les péchés de quelqu'un mais pas les miens", je l'ai écrite à l'âge de 19 ans. J'ai le sentiment que cet album est un aboutissement, voilà pourquoi il revêt une importance particulière. Il reflète et retrace tout ce que j'étais dans les années 70, avec mes idéaux et mes espoirs. Il s'adresse d'ailleurs aux marginaux, aux "parias", aux incompris, aux électrons libres. Je voulais parler aux gens comme moi."

"A l'époque la musique était quelque chose de politique. On rêvait d'une communauté humaine fondée sur la paix mondiale, l'amour, la collaboration et la fraternité. Mais ce sont des idéaux qui peuvent sembler naïfs aujourd'hui. L'album Horses à l'inverse, c'etait plus un dévelopement personnel, qui parle de la force de l'individu et de la façon dont, tout en étant en marge de la société, on peut s'approprier les idées de nos prédécesseurs et les faire évoluer."

"Je suis nostalgique d'une certaine simplicité et de l'absence de matérialisme de l'époque."

Pour réécouter la dernière partie de l'émission en direct du musée Picasso, cliquez ici.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......