LE DIRECT
"Partage de Midi" mis en scène par Eric Vigner

Paul Claudel, double affiche

28 min
À retrouver dans l'émission

Pour les 150 ans de la naissance du poète et dramaturge Paul Claudel, regards croisés de deux metteurs en scène, Eric Vigner et Christian Schiaretti, qui respectivement mettent en scène Claudel à travers deux pièces : "Partage de Midi" et "L'Echange". Faut-il comprendre Claudel ? Si oui, comment ?

"Partage de Midi" mis en scène par Eric Vigner
"Partage de Midi" mis en scène par Eric Vigner Crédits : Jean-Louis Fernandez

Pour les 150 ans de la naissance de Paul Claudel, retour sur son oeuvre théâtrale et sur cette langue si singulière faite de chair, à travers deux de ses œuvres clés : Partage de Midi et L'Echange.

Partage de Midi dans une mise en scène d'Eric Vigner à Strasbourg, puis du 12 au 19 décembre à Rennes, avant de gagner le Théâtre de la Ville à Paris le 29 janvier. Eric Vigner nous parle de sa mise en scène et de ce texte, intimement lié à son parcours au théâtre, qu'il a découvert alors qu'il était adolescent :

C'était une poésie que je ne comprenais pas. Mais j'étais ému (...) C'est une langue extrêmement érotique (...) C'est à la fois incarné et distancié.

Moi ce que j'ai essayé de faire, c'est d'inscrire très fort la mise en scène du Partage de Midi dans l'histoire du début du XXème siècle. C'est-à-dire aussi l'histoire du colonialisme, des gens qui vont prendre un bateau, qui vont essayer de refaire une vie ailleurs, en Chine, et ça va être un échec absolument total.

Mais aussi... L’Echange mis en scène par Christian Schiaretti, à voir encore ce soir et demain au Théâtre des Gémeaux à Sceaux, puis au Théâtre de Villeurbane du 6 au 23 décembre, TNP qu’il dirige, avant une tournée qui passera par La Rochelle, La comédie de Picardie, celle de Valences puis de Saint Etienne. Christian Schiaretti nous parle d'un Paul Claudel porteur d'une révolution :

Il propose une révolution scénique que la France n'a pas connue pendant trois siècles. C'est-à-dire que ce qu'il propose c'est tout simplement une véritable réponse à la règle des trois unités (...) Il déplace les espaces, il déplace les énergies, il cumule les histoires (...) Il propose un vers qui est un vers charnel, un vers d'implication corporelle. Et je pense qu'aujourd'hui les Français n'ont toujours pas fait cette révolution-là. Donc en quelque sorte il n'est pas actuel Claudel, il est futur.

Il a proposé au théâtre français les plus beaux rôles féminins qui soient. Il faut peut-être remonter à Racine pour en trouver des aussi beaux. On a plus envie de jouer les femmes que de jouer les hommes. Ysé bien sûr, Marthe évidemment... il n'y a pas une femme au Conservatoire qui ne veut pas présenter Lechy.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......