LE DIRECT

Peut-on et doit-on tout classer ?

27 min
À retrouver dans l'émission

Avec :****

Catherine CLEMENT

Philippe TRETIACK

Alain BUBLEX****

Entrer au Patrimoine mondial de l'UNESCO, est-ce un rêve ? Le 11 juin 2012, nous nous étions interrogés sur l'inscription de la cuisine française au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.Le 6 juillet 2012, c'est au bassin minier du Nord-Pas-de-Calais d'être candidat au classement pour le patrimoine mondial de l'UNESCO dans la catégorie : "paysage évolutif culturel vivant". Où s'arrête le classement ? Peut-on et doit-on tout classer ?

Catherine Clément : "Le label est extrêmement contraignant, mais il fournit un afflux de tourisme et une manne financière, qui a longtemps profité aux seuls pays riches, seuls capables de réunir les conditions financières et techniques pour rendre leurs sites éligibles. Si l'on doit classer les sites naturels, paysagers, le classement au patrimoine immatériel est, lui, condamnable ."

Philippe Trétiack : "Les classements sont fonction de la mode. La liste est sans cesse remise en cause. Deux paradoxes : L'UNESCO classe des sites naturels pour que des prédateurs industriels ne puissent pas venir les détruire, mais on considère comme patrimoniaux des corons qui ont détruits des sites naturels. Le classement attire les touristes, et provoque l'érosion du site, et à terme, son déclassement..."


Alain Bublex : "La patrimonialisation est une démarche qui voudrait conserver ce qu'on a, au détriment de tout ce qu'on n'aura pas. Après tout, les mines du Nord n'existent que parce qu'on n'a pas protégé le paysage qui leur préexistait. L'inscription des villes au patrimoine mondial pose le même problème. Ce que nous inventons aujourd'hui serait donc moins bien que ce qu'on nous a laissés ? Le patrimoine n'est pas immuable... ce qui est immuable, c'est notre évolution ."

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......