LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pourquoi lire ou relire Simone de Beauvoir ?

27 min
À retrouver dans l'émission

A partir des Cahiers de l'Herne , Simone de Beauvoir (2013) .

Avec : Geneviève FRAISSE Sandrine TREINER Eric FASSIN
Geneviève FRAISSE : « J’ai choisi de lire ces cahiers comme un catalogue. La question est : qui est l’auteur ?

[…] Beauvoir se dérobe mais elle est dérobée aussi. Je pense à ce livre de Jean-Louis Debré, Ces femmes qui ont réveillé la France : il y a trois manques : Germaine de Stahel, Simone Veil et Simone de Beauvoir. Peu importe les contradictions, tout le monde en a, mais pourquoi la rabattre sur la question autobiographique ?

[…] Si on la relativise historiquement, on va la perdre. C’est absolument d’actualité et c’est à lire pour aujourd’hui.

Eric FASSIN : « On peut aussi retourner la question : elle a pris ses contradictions pour objet dans son travail. Une grande partie de son écriture est une écriture à la première personne. Le féminisme nous rappelle sans cesse que le personnel est politique. Prendre la première personne ce n’est pas rien, cela nous rappelle ce que c’est d’être une femme. Au fond, la première personne c’est ce qui est nécessaire et problématique pour les femmes qui veulent prendre la parole, parce que prendre la parole c’est se mettre dans la position d’universel et faire abstraction de ce que l’on est. Et ça c’est inégalement possible selon le sexe qu’on est censé incarner.

[…] Une des raisons pour lesquelles on s’intéresse aujourd’hui à Simone de Beauvoir, c’est qu’elle est le point de départ des études de genre. Lorsqu’elle dit « on ne nait pas femmes, on le devient », au fond c’est s’appuyer sur un moment historique pour avoir un levier et dénaturaliser la condition des femmes. L’opposition donnée à ce moment là c’est l’opposition nature/culture. Or cette opposition s’est aujourd’hui déplacée (on peut penser notamment à Anne Fausto Sterling) : on voit comment les mêmes combats peuvent être prolongés parce que le contexte change. Il est devenu possible de ne plus s’enfermer entre biologie et société. L’œuvre de Beauvoir est datée mais elle a rendu possible notre époque. »

Sandrine TREINER : « Il me semble intéressant de voir que ce qui occulte l’espace du débat d’idées, c’est de traquer ses contradictions. Ca me laisse pantoise. On traque Simone de Beauvoir absolument partout. On met en comparaison ce qu’il y a dans ses livres de mémorialiste, dans ses essais, ses romans. Mais ce qui est magnifique, c’est la manière dont elle s’est saisie de tout. C’est munie du terme de « ferveur » qu’elle essaye d’être une personnalité totale et de produire une œuvre totale. Ce qui me semble particulièrement saisissant c’est la frilosité de notre époque pour une personne qui n’avait pas froid aux yeux.

[...] Il faut concevoir une femme qui tend vers un absolu en toutes circonstances et qui dans un seul tout essaye de vivre sa vie le plus intensément possible en la comprenant, donc en la racontant. »

Sons diffusés :

  • Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir dans les Nuits Magnétiques le 29/01/1979.

  • Nancy Huston dans Répliques le 31/01/1987.

  • Joan Baez – « Man smart, Woman smarter »

Pour poursuivre la discussion, retrouvez ci-dessous les principaux documents et ouvrages évoqués dans l’émission, ou rendez-vous sur la page Facebook et le compte Twitter de La Grande Table.

Pour accéder à la deuxième partie de La Grande Table du 13/02/2013 intitulée « Retour sur l’œuvre de Theo Angelopoulos », cliquez ici.

Intervenants
  • Philosophe de la pensée féministe
  • Directrice de France Culture
  • sociologue, Professeur à l’Université Paris-8 Vincennes-Saint Denis (Département de science politique et Département d’études de genre), Chercheur au LEGS (Laboratoire d'études de genre et de sexualité, CNRS / Paris-8 / Paris-Nanterre)
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......