LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Joséphine Baker entre 19205 et 1930

Quand Joséphine Baker cassait les codes du noir

28 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de l’exposition «Le modèle noir de Géricault à Matisse» au Musée d’Orsay, rendez-vous avec Pap Ndiaye, membre du comité scientifique de l’exposition, et la soprano Magali Léger, qui se produira lors du concert "Joséphine Baker, Paris mon amour" le 11 avril.

Joséphine Baker entre 19205 et 1930
Joséphine Baker entre 19205 et 1930 Crédits : Keystone-France/Gamma-Keystone - Getty

Star du music-hall, la chanteuse et danseuse américaine a imposé son style et sa couleur sur les scènes de Broadway puis de Paris.

Avec nous pour en parler, l’historien Pap Ndiaye, membre du comité scientifique de l’exposition, et la soprano Magali Léger, qui se produira lors du concert "Joséphine Baker : Paris mon amour", le 11 avril 2019 à l'auditorium du Musée d'Orsay.

Après un beau livre, Noir, entre peinture et histoire, de Grégoire Fauconnier et  Naïl Ver-Ndoye, paru à l’automne dernier et portant sur la représentation des Noirs dans la peinture européenne du XIVe au XXe s, le Musée d’Orsay se penche à son tour sur la relation entre l’artiste et son "Modèle noir, de Géricault à Matisse", titre de la grande exposition qui s’ouvrira mardi 26 mars 2019.

En tant qu'icône noire, Joséphine Baker ne pouvait que trouver sa place dans ce panorama historique et artistique.

« Faut-il que je sois blanche pour vous plaire mieux ? » C’est par ces mots que Joséphine Baker termine sa chanson « Si j’étais Blanche ». C'est pourtant en jouant sur les codes de la femme noire qu'elle a pu construire sa carrière d'artiste dès son arrivée à Paris, comme l'explique Pap Ndiaye : 

Dès son arrivée à Paris en 1925, elle a joué des stéréotypes liés au corps de la femme noire.

Dès son enfance, Joséphine Baker a dû faire face à une société américaine marquée par la Ségrégation. En arrivant en France, avec de nombreux autres artistes afro-américains, elle découvre une société de l'entre-deux-guerre plus tolérante et ouverte d'esprit.

Sa vie est aussi marquée par un engagement qui prend une importance progressive, d'abord dans la Résistance, où elle participe aux activités de contre-espionnage, puis aux Etats-Unis, où son combat anti-raciste la fait marcher aux côtés de Martin Luther King.

Pour lui rendre hommage, la soprano Magali Léger, avec l’ensemble Contraste, se produira lors d'un concert qui s'inspire de la prestation de Joséphine Baker à l'Olympia en 1968.

Extraits sonores : 

  • "Si j'étais blanche", de Joséphine Baker
  • Documentaire, Joséphine Baker : première icône noire sur Arte (prochaine diffusion dimanche 24 mars à 17h35)
  • "J'ai deux amours" de Joséphine Baker
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......